Sibylla Merian, naturaliste voyageuse oubliée

Portrait se Sibylla Merian (1679)

Portrait de Sibylla Merian (1679)

Née à Francfort-sur-le-Main en 1647, Sibylla Merian grandi dans une famille d’artistes. Son père, Matthaüs Merian est graveur et éditeur. À la mort de celui-ci en 1650, sa femme, Johanna Sibylla Heim épouse le peintre Jacob Marrel (1614-1681), qui encourage Sibylla à peindre et la forme aux techniques artistiques. Celle-ci développe une certaine maîtrise de la peinture, du dessin et de la gravure ainsi qu’un goût pour les insectes. Adolescente, elle se procure des vers à soie qu’elle élève tout en notant leur régime alimentaire et leurs différentes phases de développement, notamment, ce qui l’intéresse le plus, le moment de leur métamorphose. À 18 ans, elle épouse un peintre de Nuremberg, Johann Andrea Graff et enseigne la peinture et la broderie de 1665 à 1670 sans perdre de vue son étude des insectes. Après cinq ans d’observation, elle publie son travail sous forme de trois ouvrages. Deux de ces volumes traitent des insectes. Le deuxième, intitulé « Der Raupen wunderbare Verwandlung und sonderbare Blumen-nahrung » (La chenille, merveilleuse transformation et étrange nourriture florale) publié en 1679 contient 50 gravures d’insectes associées à la plante sur laquelle ils vivent et dont ils se nourrissent, accompagnés de leurs stades de développements et de la durée de ceux-ci.

Lire la suite