L’alguier de Du Dresnay

Un « modèle » pour Agathe de Gourcuff ?

L’objet

Conservé dans la bibliothèque de l’abbaye de Landévennec, l’alguier de Du Dresnay se présente sous forme de deux gros volumes contenant au total 256 algues séchées. Réalisé entre 1820 et 1827, cet herbier porte le nom de « Collection de Thalassiophytes du Finistère ». Les algues proviennent des côtes de Saint-Pol de Léon, Roscoff, et du Sud Finistère. Chaque spécimen est accompagné d’une étiquette, où apparaissent l’année et le lieu de prélèvement (Finistère la localité précise). Deux noms latin accompagnent chaque algue, ainsi que les initiales des botanistes qui les ont nommées. Les plus fréquents sont Agardh et Lamouroux. Certaines espèces sont présentes plusieurs fois, à des lieux et dates différentes, ce qui explique le nombre élevé d’échantillons (256 algues pour 235 espèces). L’auteur a certainement voulu y présenter les différentes morphologies pour une même espèce.

Pages d'un volume de l'alguier du Dresnay. (Abbaye de Landévennec)

Pages d’un volume de l’alguier du Dresnay.
(Abbaye de Landévennec). Noter la ressemblance avec celui d’Agathe de Gourcuff

Lire la suite

Jardins botaniques, Kreuterbuch, hortus et florilèges : l’empire des Herbaria

 

Entre copie et observation

En Europe, le XVème siècle voit des transformations s’opérer dans la science botanique. La ressemblance des illustrations dans les herbiers commence à se développer, témoignant d’une évolution de la pratique savante, s’éloignant de la copie pour se tourner vers l’étude d’après observation. L’Erbario Carrarese (vers 1400) témoigne de cette époque par ses planches, marquant ainsi une certaine transition entre la copie des illustrations anciennes et la représentation de plantes in vivo.

acacia-et-accipiter (Erabrio Carrarese) jusquiame (Erbario Carrares)
Deux pages de l’Erabario Carrarese. Accacia (page de gauche) et Jusquiame (page de droite). Le livre est accessible dans sa version numérique ici (British Library)

En 1483, les œuvres de Théophraste sortent de l’oubli et sont traduites en latin, induisant des changements dans l’approche descriptive des plantes, notamment en terme de classification. Lire la suite