Dian Fossey, la première primatologue partie de rien

Dian Fossey est née le 16 janvier 1932 à San Francisco en Californie. Elle est une des premières femmes à être primatologue et éthologue. L’éthologie, c’est l’étude du comportement animal. Cette scientifique américaine a perdu la vie en s’engageant dans une lutte contre le braconnage qui visait les singes en Afrique. A ce jour, elle est reconnue comme une des plus grandes primatologues avec Jane Goodall (née le 3 avril 1934) et Biruté Galdikas (née le 10 mai 1946), pourtant son chemin n’est pas aussi simple que ce qu’on peut le penser.

080924-fossey-gorilla-missions_big

Dian Fossey aux bras d’un gorille (site)

Une enfance solitaire

Dian Fossey a eu une jeunesse tourmentée depuis ses 6 ans, âge auquel ses parents décident de se séparer. Sa mère se remarie avec un riche homme. Une très mauvaise relation nait entre son beau-père et elle, chacun restant sur ses positions. Dian Fossey se retrouve exclue de la table familiale. Elle se renferme progressivement sur elle-même, et se passionne de la nature et du monde vivant. Les racines de sa carrière scientifique se sont créées pendant son enfance, où elle était convaincue qu’elle travaillerait un jour avec les animaux. Lire la suite

Mise en place de l’exposition

Aujourd’hui nous allons vous présenter la mise en place de notre exposition à la médiathèque des Capucins qui s’est déroulée les journées du 20 et 21 décembre. Nous avons commencé par le placement de nos affiches. Nous avons choisi de les disposer par thèmes abordés, du général au particulier. Ainsi le parcours de l’exposition commencera par l’histoire des Herbiers, puis continuera avec une dimension plus scientifique en s’intéressant aux algues. Enfin le parcours se terminera sur une affiche s’intéressant aux femmes en sciences afin de « surprendre » si l’on veut, le visiteur qui ne s’attend pas nécessairement à voir ce thème abordé dans une telle exposition.

Les affiches mise en place.

Les affiches mises en place.

Lire la suite

Anna Atkins, une naturaliste anglaise sous l’ère victorienne

Anna Atkins, en 1861

Anna Atkins, en 1861

Fille de John George Children (1777-1857), chimiste et secrétaire de la Royal Society et bibliothécaire au British Museum, Anna Children (1799-1871) perd sa mère alors qu’elle est encore jeune. Elle est élevée par son père qui lui apporte une éducation scientifique, et côtoie ainsi plusieurs savants de son époque, notamment Sir William Herschel (1738-1822) et William Henry Fox Talbot (1800-1877). Tous deux travaillent respectivement sur la méthode du cyanotype et la photographie.

Lire la suite

Hedy Lamarr à la fois actrice, productrice de cinéma, et scientifique

Hedy Lamarr, autrichienne puis naturalisée américaine, est née le 9 novembre 1914 dans l’Empire d’Autriche-Hongrie à Vienne. Elle est décédée le 19 janvier 2000, aux Etats-Unis, en Floride à Altamonte Springs. Hedy Lamarr est une femme aux multiples professions. Elle fut aussi bien actrice, que productrice de cinéma mais aussi scientifique. Et c’est pour cette dernière, qu’elle est passée à la postérité, grâce à un système appelé la « technique Lamarr ».

Une vie d’actrice et de réalisatrice…

06f8a5aa8bc5f3eb18f5906a7e325e2d

Portrait d’Hedy Lamarr recolorisé

Hedwig Eva Maria Kiesler est née du couple, Emil Kiesler (1876-1935), un riche banquier et Gertrud Lichtwitz (1894-1977), pianiste.    Elle apprend durant sa jeunesse à jouer du piano et à danser. Elle se lance à 16 ans comme actrice du cinéma muet aux studios Sascha de Vienne. Elle connait son premier grand succès avec le film Extase, sorti en 1933, et réalisé par Gustav Machaty (1901-1963). Lire la suite

Irène Joliot-Curie, telle mère telle fille

Irène Joliot-Curie, née le 12 septembre 1897 est une physicienne et chimiste française. C’est la fille de Pierre et Marie Curie, eux même physiciens et chimistes récompensés par un prix Nobel pour leur travaux notamment pour la mise en évidence de deux nouveaux éléments : le polonium et le radium.

Irène Joliot-Curie

Photographie d’Irène Joliot-Curie

Elle fait ses premiers pas dans la science sur le front lors de la Première Guerre Mondiale avec sa mère qu’elle aide dans un service de radiographie. Elle est en charge de former les médecins à l’utilisation des appareils de radiographie. Après la fin de la guerre, elle continue son travail de formation et se lance également dans la recherche en devenant chef de travaux du laboratoire Curie, puis en reprenant les recherches menées par sa mère, à la mort de cette dernière. C’est par ailleurs à l’Institut du Radium qu’elle rencontre Frédéric Joliot (1900-1958) avec qui elle se mariera. A partir de 1929, le couple Joliot-Curie sur la radioactivité naturelle, recherche qui mènent en 1932 à la découverte du phénomène de projection de protons par un rayonnement encore inconnu.

Lire la suite

Ada Lovelace, programmeuse informatique au XIXème siècle…

ada_lovelace_portrait

Portrait en aquarelle d’Ada Lovelace en 1840

Ada Lovelace, née Ada Byron, le 10 décembre 1815 et décédée le 27 novembre 1852 à  Londres, est une pionnière de la science informatique.

A priori, rien ne laissait présager, au XIXème siècle, qu’ Ada Lovelace pouvait lancer les bases du langage et d’un programme informatique. En effet, ces disciplines ne sont apparues véritablement qu’au milieu du XXème siècle.

Ada Lovelace, de son vrai nom Augusta Ada King, comtesse de Lovelace était la seule fille légitime de Lord Byron (1788-1824), un poète, et de son épouse Annabella Milbanke (1792-1860). Lire la suite

Marie Curie, la femme aux deux prix Nobel

Marie Skłodowska-Curie, née le 7 novembre 1867 à Varsovie (Pologne) est une chimiste et physicienne connue notamment pour ses travaux sur le polonium et le radium. Elle se voit décerner le prix Nobel de chimie en 1903 (partagé avec son époux Pierre Curie (1859-1906) et le physicien Henri becquerel) et une seconde fois en physique (1911) en remerciement de ses découvertes sur l’uranium, le radium et le polonium. Ces recherches ont conduit par la suite à de nombreuses découvertes sur la radioactivité et notamment par sa fille et son gendre Irène (1897-1956) et Frédéric Joliot-Curie (1900-1958) qui recevront eux aussi un prix Nobel de chimie pour leur travaux.

Marie Curie vers 1920

Marie Curie vers 1920

Ses travaux la conduisent à deux grandes découvertes. La première est que la radioactivité n’est pas une propriété chimique mais physique et la seconde, plus importante, est la découverte du radium et du polonium, deux éléments chimique encore inconnu jusqu’à lors. Si l’uranium était déjà connu depuis la fin du XVIIIème siècle, les époux Curie supposent qu’il existe un élément plus actif que l’uranium dans le pechblende (minerais dont est issue l’uranium). Grâce à l’élaboration d’un procédé permettant la séparation des éléments constituant le pechblende il détermine l’existence de deux élément encore inconnu qu’ils nomment radium et polonium. Lire la suite