L’alguier de Du Dresnay

Un « modèle » pour Agathe de Gourcuff ?

L’objet

Conservé dans la bibliothèque de l’abbaye de Landévennec, l’alguier de Du Dresnay se présente sous forme de deux gros volumes contenant au total 256 algues séchées. Réalisé entre 1820 et 1827, cet herbier porte le nom de « Collection de Thalassiophytes du Finistère ». Les algues proviennent des côtes de Saint-Pol de Léon, Roscoff, et du Sud Finistère. Chaque spécimen est accompagné d’une étiquette, où apparaissent l’année et le lieu de prélèvement (Finistère la localité précise). Deux noms latin accompagnent chaque algue, ainsi que les initiales des botanistes qui les ont nommées. Les plus fréquents sont Agardh et Lamouroux. Certaines espèces sont présentes plusieurs fois, à des lieux et dates différentes, ce qui explique le nombre élevé d’échantillons (256 algues pour 235 espèces). L’auteur a certainement voulu y présenter les différentes morphologies pour une même espèce.

Pages d'un volume de l'alguier du Dresnay. (Abbaye de Landévennec)

Pages d’un volume de l’alguier du Dresnay.
(Abbaye de Landévennec). Noter la ressemblance avec celui d’Agathe de Gourcuff

Lire la suite

Herballs

Meeting with those singular artefacts, that have not always contained only plants…

Nowdays we see herballs as simple collections of  plants realized in a scientific or playful purpose. In fact, those artefacts tell us many things about sciences, our societies and history. We can only satisfy to contemplate but if we take time to explore them, they show us their secrets…

Lire la suite

La botanique théorique : terminologie et classifications

Les ébauches de classification et la construction de termes propres aux végétaux continuent de se développer aux XVII et XVIIIèmes siècles. Les systèmes s’organisent, prennent forme, font l’objet de contestations, de débats, d’inspirations…Comment classer? Comment décrire les multiples parties des plantes? Comment articuler les découvertes avec les systèmes en place? Lire la suite

Jardins botaniques, Kreuterbuch, hortus et florilèges : l’empire des Herbaria

 

Entre copie et observation

En Europe, le XVème siècle voit des transformations s’opérer dans la science botanique. La ressemblance des illustrations dans les herbiers commence à se développer, témoignant d’une évolution de la pratique savante, s’éloignant de la copie pour se tourner vers l’étude d’après observation. L’Erbario Carrarese (vers 1400) témoigne de cette époque par ses planches, marquant ainsi une certaine transition entre la copie des illustrations anciennes et la représentation de plantes in vivo.

acacia-et-accipiter (Erabrio Carrarese) jusquiame (Erbario Carrares)
Deux pages de l’Erabario Carrarese. Accacia (page de gauche) et Jusquiame (page de droite). Le livre est accessible dans sa version numérique ici (British Library)

En 1483, les œuvres de Théophraste sortent de l’oubli et sont traduites en latin, induisant des changements dans l’approche descriptive des plantes, notamment en terme de classification. Lire la suite

Le monde arabe : une affaire de plantes…et de langage

Les premières sources de la botanique en contexte arabe sont tout d’abord d’ordre lexicographique. La codification de la langue arabe (en tant que langue administrative puis langue savante) se développe au VIIIème siècle sous la dynastie Omeyyade. Grammairiens et lexicographes élaborent traités et dictionnaires dans lesquels apparaissent les premiers lexiques à caractère botanique. Ainsi le lexicographe Khalîl Ibn Ahmad al Farâhidî (mort en 776) établit une liste de noms de plantes dans son Livre de la lettre « ‘ayn » (Kitâb al ‘ayn). Partant de là, des savants issus de différentes disciplines élaborent des ouvrages contenant les noms de plantes de régions données, en général celles d’Arabie, ainsi que des ébauches de classification. Lire la suite

Histoire(s) des herbiers

Les origines

Comme nous l’avons dit, les herbiers n’ont pas toujours existé sous la forme que nous connaissons aujourd’hui. Les premiers, dont l’élaboration remonterait à l’Antiquité grecque, témoigne d’un lien très fort entre l’étude des plantes et la médecine. C’est d’ailleurs dans un ouvrage de cette discipline qu’apparaissent, dit-on, les premières illustrations botaniques. Il s’agit du Rizotomikon, écrit par l’herboriste Crateus au Ier siècle av. J.-C. Dans ce traité de pharmacologie, les plantes, présentées dans l’ordre alphabétique de leurs noms, sont accompagnées de leurs description, synonymes et applications médicales. Cet ouvrage, considéré comme l’origine de l’illustration botanique, servira de modèle, tant dans son contenu que dans sa forme, aux herbiers du Moyen Âge.1 Lire la suite