Discours et image de la Femme (3)

Avec le XVIIème siècle, dans la continuité de la Renaissance, se développe progressivement une théorisation savante du corps et de l’intellect féminin. Cette théorisation tend à placer l’homme (au sens masculin du terme) en tant que seul sujet pensant, pouvant étudier et comprendre le monde. Des contestations se font entendre de la part de femmes, notamment à travers leur propres travaux. C’est par exemple le cas de Marie Meurdrac (1610-1680), qui publie en 1660 un livre de « Chymie charitable et facile pour les femmes ». Dans la préface, elle expose l’idée qu’elle se faisait d’elle-même en tant que femme exclue du champ de la production des savoirs par les hommes :

« je m’objectois à moy-mesme que ce n’estoit pas la profession d’une femme d’enseigner, qu’elle doit demeurer dans le silence, écouter et apprendre, sans témoigner qu’elle sçait : qu’il est au dessus d’elle de donner un Ouvrage au public et que, la réputation n’est pas d’ordinaire avantageuse, puisque les hommes méprisent & blasment toujours les productions qui partent de l’esprit d’une femme. »

Lire la suite

Discours et images sur la Femme (2)

La Renaissance voit apparaître un bouillonnement de questionnements, de recherches, de remise en cause des explications issues de la pensée médiévale. D’un côté, la philosophie naturelle, consistant en une adéquation entre les Ecritures et la science antique, se place comme seule référence du savoir en donnant à la Nature des vertus magiques et ésotériques, et de l’autre côté, la redécouverte de territoires jusque là inconnus, comme l’Amérique, remettent en cause la validité du savoir issu de la philosophie naturelle. Lire la suite

Discours et images de la Femme (1)

Introduction

Le fait que l’alguier d’Agathe de Gourcuff soit réalisé par une femme, qui plus est pendant la Monarchie de Juillet (1830-1848), nous permet de poser la réflexion concernant la place des femmes dans les sciences. En effet, durant cette période historique, des mouvements de femmes revendiquent une égalité sociale au même titre que les hommes, et un accès à l’éducation. La société de l’époque confine les femmes dans le cadre du foyer, conformément à l’ idée selon laquelle celles-ci seraient « naturellement » (et exclusivement) prédestinées aux fonctions maritales et à la maternité. Ces conceptions, validées comme « scientifiques » sont établies par des discours et des images qui éloignent les femmes des milieux politiques et savants, sous prétextes que de tels milieux peuvent altérer leur « nature » (qui de toute façon ne comprend pas les facultés intellectuelles propres aux hommes telles l’objectivité, la rigueur, et la justesse d’esprit).

D’où viennent ces conceptions ? Comment ont-elles été élaborées ? Et quelles sont leurs conséquences sur la considération des femmes (et sur la définition même des sciences?). Lire la suite