Madeleine Brès, première femme française médecin

Madeleine Brès, était un médecin français, née Gebelin le 26 novembre 1842 et morte le 30 novembre 1921. Elle ne vient pas d’une famille scientifique mais au contraire d’un milieu ouvrier, son père était charron. Sa formation scientifique, elle commence à l’acquérir très jeune lors de passage à l’hôpital de Nîmes, auprès des religieuses qui soignent les malades. Elle y apprend notamment à préparer quelques remèdes et cataplasmes, alors qu’elle n’a qu’une dizaine d’années.

Elle est mariée très jeune, à 15 ans, à Adrien-Stéphane Brès. Mais cela ne l’empêche pas de continuer ses études, et en 1869, elle passe son baccalauréat (il est ouvert aux femmes que depuis 1861, soit très récemment à ce moment-là) en lettres et sciences. Suite à cela, elle se tourne vers la faculté de médecine de Paris et son doyen, Charles Adolphe Wurtz (1817-1884), qui accepte son inscription. Elle n’est d’ailleurs pas la seule femme à s’être déjà inscrite, car une russe, Catherine Gontcharoff, une anglaise Elizabeth Garett (1836-1917), et une américaine Mary Putman (1842-1906) s’étaient déjà vu accepter dans la même faculté de médecine de Paris. Il est à noter que sa candidature est tellement exceptionnelle pour l’époque qu’elle passe par le ministre de l’instruction publique, Victor Duruy (1863-1869), ainsi que par le conseil des ministres, avant d’être validé. L’impératrice Eugénie eu elle aussi son mot à dire en poussant les ministres à accepter la demande de Madeleine Brès. En effet, même si certains scientifiques et surtout médecins de l’époque sont favorables à la présence des femmes au sein de leur discipline, beaucoup d’entre eux restent en revanche contre.

Madeleine Brès

Elle commence comme stagiaire auprès du professeur Paul Broca (1824-1880), et devient rapidement interne avec un statut provisoire. Cette accession rapide et provisoire au rang d’interne est dû à la guerre contre la Prusse et le départ pour le front de nombreux médecins, qu’il faut donc remplacer. Elle perd ce statut obtenu sans avoir passé de concours avec la fin de la guerre en 1871. Ce bref passage comme interne la pousse à continuer plus loin encore ses études et à passer le concours d’externat puis d’internat pour exercer dans les hôpitaux. Mais elle se voit refuser à ces deux concours en 1871 par le directeur des hôpitaux de l’assistance public réfractaire à la présence des femmes en médecine et surtout dans les hôpitaux.

Néanmoins, ses études de médecine ne sont pas perdues, car elle devient pédiatre à son compte à Paris. Parallèlement, elle commence une thèse auprès de Charles Adolphe Wurtz, le sujet porte sur l’allaitement des enfants. Elle soutient son travail le 3 juin 1875, en obtenant une mention très bien et devient de fait la première femme française et la seconde internationalement (Elizabeth Garett Anderson, avec qui elle avait étudié, la obtenue 5 ans auparavant) de l’histoire à obtenir un doctorat en médecine.

Au-delà de devenir l’une des premiers femmes médecin de l’histoire, Madeleine Brès est surtout reconnue pour son apport à la pédiatrie et à l’hygiène à la fois des enfants ,mais aussi des mères. Elle est par ailleurs à l’initiative de la création de la première crèche de France, concept qu’elle étudie et ramène de Suisse sur la demande du ministère de l’intérieur.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *