Hypatie d’Alexandrie, entre légende et réalité

Hypatie d’Alexandrie, née entre 355 et 370 est une mathématicienne et philosophe, originaire de la ville d’Alexandrie en Égypte. Elle tient son éducation scientifique de son père, un éditeur et commentateur de textes mathématiques. Elle fait ses études de sciences et de philosophie à Athènes. Elle s’intéresse également à l’astronomie qui constituent, selon certaines sources, l’un des centres majeurs de ses recherches. Une fois rentrée à Alexandrie, elle devient commentatrice de textes mathématiques. Elle donne également des exposés publics qui lui apportent peu à peu une grande renommée.

Autour de l’an 400, elle arrive à la tête de l’école néoplatonicienne d’Alexandrie, école, qui comme son nom l’indique, se réclame des principes de la philosophie de Platon mais reste tout de même ouvert à d’autre pensée telle que celle d’Aristote. Il est également à noter que cette école fait fi des origines et confessions de ses membres et élèves, et reste ouverte à tous.

Hypatie d’Alexandrie (représentation imaginaire)

Ce que l’on sait d’elle provient surtout des sources antiques et notamment des écrits des divers étudiants qu’elle a pu avoir lors de son travail d’enseignante. C’est par exemple le cas de Synésios de Cyrène qui nous apprend qu’elle le conseillait pour régler divers problèmes techniques concernant la construction d’un hydromètre ou d’un astrolabe. Mais elle est aussi évoquée par des historiens comme Socrate le scolastique qui dans Histoire ecclésiastique évoque sa réputation de femme savante qui dépasse les frontières d’Alexandrie ou même de l’Égypte. Mais malgré ces diverses éloges, il ne nous est parvenu aucuns travaux d’Hypatie, et cela probablement à cause de l’incendie de la grande bibliothèque d’Alexandrie. Aussi en dehors de quelques commentaires qu’elle a pu faire, on ne peut  pas affirmer si elle a réellement eu un impact majeur sur les sciences et la philosophie de cette époque. Certaines sources évoquent ses travaux en astronomie et sa possible découverte de l’orbite elliptique de la Terre, mais rien ne permet de l’affirmer.

Il est d’autant plus difficile d’y voir clair que de nombreuses légendes entourent sa personne. Et c’est notamment le cas sur son assassinat qui intervient en 415. Selon la légende, elle serait morte par la main des parabalani, une confrérie d’infirmiers fossoyeurs chrétiens qui auraient agit sur ordre de Cyrille, l’évêque d’Alexandrie qui aurait découvert la grande popularité d’Hypatie et y aurait vu une menace. Toujours selon la légende, cet assassinat aurait été particulièrement violent. En réalité, il est possible que cela est été très largement romancé par la suite.

Mais malgré ce grand flou autour d’Hypatie d’Alexandrie, elle n’en reste pas moins une figure majeur de femme scientifique, surtout à une époque où les femmes scientifiques étaient très rare et souvent mal perçu par leur confrères masculin. Son accession à un poste d’influence montre néanmoins une reconnaissance de son savoir et de son travail par la communauté scientifique de l’époque et cela dans l’une des villes majeures de la connaissance scientifique de l’antiquité.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *