La machine à mâter de l’arsenal de Brest

Mon sujet de mémoire pour cette seconde année de master d’histoire des sciences et techniques, humanités numériques et médiation porte sur la machine, ou grue, à mâter de l’arsenal de Brest. Cette machine construite en 1681 au sein même de l’arsenal, fait partie du vaste ensemble de construction naval mise à place à Brest au cours du XVIIème siècle sur la volonté du pouvoir royale. Ce dernier veut en effet renforcer sa puissance navale militaire pour tenir tête aux puissances voisine, l’Angleterre en tête. Pour mener à bien la construction d’un navire de guerre il est essentiel de construire de nombreuses infrastructures où seront fabriqué tout le nécessaire. On trouve ainsi des corderies, une forge, des formes de radoub par exemple, et donc également une machine à mâter.

Cette dernière intervient à la fin du processus de création. Son but est en effet de poser les mâts sur les navires une fois qu’ils sont sortis des cales. Pour cela on amène le mât à poser sous la machine puis on le soulève à l’aide d’un système de cordage et de poulies relié à des cabestans. Les cabestans sont au nombre de 3 et sont maniés par des bagnards qui fournissent une main d’œuvres exploitable à volonté, ou presque et peu couteuse. La mise en place d’un mât est une procédure très longue même pour un vaisseau de taille modeste. Il n’est pas rare que les opérations durent une journée entière.

La machine à mâter

La machine à mâter va connaitre quelques évolutions au cours de son histoire mais la plus remarquable est celle de 1768. Des travaux sont entreprirent pour remettre la machine au goût du jour et pour quelle puissent ainsi continuer à mâter les navires toujours plus grands de la fin du XVIIème siècle. Elle est ainsi surélevée grâce à la construction d’un socle pour pouvoir poser des mâts plus grands, elle devient par là même un véritable monument en culminant désormais à 57m de hauteur. Son bras est également renforcé par une troisième bigue qui lui permet de supporter des charges plus lourdes.

Mais mon mémoire ne porte pas seulement sur la machine à mâter, je m’intéresse également à l’usage que l’on peut faire du numérique avec un objet historique tel que celui-là. En effet cette machine à mâter a disparu en 1877, détruit car plus nécessaire à une époque où les navires sont équipés de moteurs à vapeur. Il reste donc de cette machine que quelques sources iconographiques ainsi que des témoignages écrit. Je m’intéresse donc aux méthodes qui peuvent permettre via la modélisation numérique de récréer un tel objet, non seulement visuellement, mais aussi dans son fonctionnement et les principes techniques qui rentre en jeu. Il y a également dernière cela l’idée de se questionner sur comment un telle modèle 3D peut être utilisé dans le cadre d’une médiation avec un public, ce qu’il pourrait apporter concrètement à un objectif de transmission du savoir.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *