Chien-Shiung Wu, de la Chine à Manhattan

Chien-Shiung Wu, née le 13 mai 1912 à Shanghai, était une physicienne spécialiste en physique nucléaire. Son père qui était un défenseur de l’égalité homme-femme a fondé en Chine, une école supérieure professionnelle destinée aux femmes. Elle est donc poussée dès le départ, par son cadre familial, à faire des études. Elle intègre ainsi l’Université de Nankin en 1929. Après avoir obtenue sa licence de physique, elle devient assistante à l’Université de Zhejiang.

Chien-Shiung Wu en 1963

Chien-Shiung Wu en 1963

Elle déménage aux Etats Unis en 1936, où elle part avec une amie chimiste étudier à l’Université de Berkeley. Elle commence un doctorat sous la direction de Ernest Lawrence (1901-1958) qu’elle valide 4 ans plus tard, en 1940. Suite à cela, elle se marie avec un physicien Luke Chia-Liu Yuan (1912-2003), et s’installe définitivement aux Etats-Unis. Elle obtient un poste d’enseignante au Smith College, qu’elle quitte en 1942 pour enseigner cette fois-ci à l’Université de Princeton. Elle y reste 2 ans et en 1944 elle change une nouvelle fois pour l’Université de Columbia où elle restera cette fois jusqu’en 1980.

C’est à l’Université de Columbia, qu’elle va contribuer au projet qui fera sa renommée, à savoir le projet Manhattan. Ce projet réunit en secret des scientifiques parmi les plus brillants de leur époque, afin de développer un nouveau type d’armement utilisant les avancées dans la recherche nucléaire. De ce projet naît la première bombe atomique qui joue un rôle majeur dans la fin de la Seconde Guerre Mondiale. Chien-Shiung Wu participe à ce projet en mettant au point un processus pour séparer les isotopes d’uranium par diffusion gazeuse et en améliorant le compteur Geiger.

A la suite de ce projet, elle assiste le physicien Tsung-Dao Lee (né en 1926) dans son étude sur les lois de la parité qu’il mène avec Chen Ning Yang (né en 1922), un autre physicien. C’est elle qui valide par l’expérience, leurs hypothèses. Malgré une contribution fondamentale dans la validation de ces lois, elle ne partage pas le prix Nobel, qu’ils obtiennent pour leurs travaux en 1957. Elle décède en 1997 non sans avoir apporté une grande contribution aux avancées scientifiques, mais aussi sociales en ouvrant certaines portes jusque-là fermées aux femmes scientifiques.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *