Jane Goodall, une passion pour les animaux naît de son enfance

Jane Goodall est une primatologue, éthologue et anthropologue britannique. Elle est mondialement connue et reconnue pour son travail en immersion parmi les chimpanzés. Cette scientifique britannique est née le 3 avril 1934 à Londres. Jane Goodall, aux modestes études de secrétariat, s’est construit un véritable savoir en primatologie autour des chimpanzés.

La genèse d’une future scientifique de renom

Valérie Jane Goodall est née à Londres, fille de Mortimer Herbert Morris-Goodall (1907-2001), un pilote automobile, et de Margaret Myfanwe Joseph (1906-2000), romancière. Sa mère écrivait sous le pseudonyme de Vanne Morris-Goodall. A l’âge de deux ans, un premier déclic a lieu pour Jane Goodall, en effet son père lui

ap-95527fff536a0f12140f6a7067009f36

Jane Goodall avec une de ses peluches (site)

offre un singe en peluche représentant Jubilee, un chimpanzé né au zoo de Londres. Lors du Noël de 1942, Jane Goodall reçoit par ses parents un livre intitulé Dr. Dolittle écrit par Hugh Lofting (1886-1947). Il s’agit de l’histoire d’un vétérinaire capable de dialoguer avec les animaux, et qui voyage notamment en Afrique. L’intérêt de Jane Goodall pour les animaux grandit sans cesse, d’autant plus qu’elle vit dans une maison au milieu des animaux en Angleterre, à Bournemouth. Petite, elle se jure de travailler plus tard sur les animaux, en Afrique. Par manque de moyen sa famille ne peut lui payer des études universitaires. Elle décide de faire des études de secrétariat au Collège Royal de Secrétariat de Londres.

Départ pour l’Afrique et lancement de sa carrière de scientifique

b739e12945abe8fdf87e0d824d0651e4

Jane Goodall au début de ses travaux (site)

Une amie de Jane Goodall l’invite à venir au Kenya en 1957. Elle ne rate pas cette occasion. A l’âge de 23 ans, elle rencontre le paléoanthropologue Louis Leakey, (voir l’article sur Dian Fossey). Très vite, montrant un réel intérêt pour les primates, et notamment les chimpanzés, elle est choisie pour être l’assistante du paléoanthropologue.

Sa carrière de primatologue débute véritablement en 1960, date à laquelle elle décide de s’installer en Tanzanie, pays frontalier du Kenya. Sa mère qui l’accompagne au début, l’aide dans ses premières recherches sur le comportement des chimpanzés sauvages dans la réserve de Gombe. Elle commence une longue étude sur les chimpanzés en immersion totale parmi ces primates. A ce jour, il s’agit de l’étude la plus longue jamais menée sur un terrain.

Des découvertes majeures sur les chimpanzés

Les principales découvertes

24d7dc1728d45e4f418f66d7a2efffd9

La primatologue Jane Goodall aux côtés d’un jeune chimpanzé (site)

Avant les travaux de Jane Goodall, plusieurs préjugés sur les chimpanzés existaient. Par exemple, on pensait que les singes avaient un régime alimentaire strictement végétarien. Autre pensée, les Hommes étaient les seuls à avoir la notion d’outil. Ces premiers travaux viennent bouleverser ces pensées. Tout d’abord, elle révèle que les chimpanzés et les autres grands singes sont des omnivores, ils peuvent aussi bien manger des baies, que des insectes ou des petits mammifères. Par une vidéo tournée par Hugo van Lawick (1937-2002), Jane Goodall révèle l’utilisation d’une paille par un chimpanzé pour manger des termites. Par cette découverte, elle montre que l’Homme n’est pas le seul à avoir la notion d’outil. Elle se marie avec Hugo van Lawick, photographe animalier et réalisateur, en 1964 jusqu’en 1974. La découverte de Jane Goodall bouleverse les connaissances scientifiques autour de l’Homme et des primates. Son travail est conseillé, guidé et protégé par Louis Leakey, qui s’occupe en parallèle de deux autres grandes chercheuses, Dian Fossey et Biruté Galdikas.

Un attachement mutuel entre les chimpanzés et Jane Goodall

En 1961, un premier chimpanzé vient explorer le camp de Jane Goodall, symbolisant un premier rapprochement entre la scientifique et les chimpanzés. Ce chimpanzé est nommé David Greybeard. Autre élément important, Jane Goodall nomme tous les chimpanzés qu’elle étudie, alors que généralement on donnait des numéros aux animaux suivis. En 1962, elle reçoit une récompense de la National Geographic Society, pour sa contribution scientifique autour des chimpanzés.

20130419

Jane Goodall immortalisée avec le bébé chimpanzé Flint en 1964 (site)

Un fait exceptionnel survint en 1964, pendant l’été : un chimpanzé femelle nommée Flo permet à la scientifique Goodall de s’approcher de son petit, Flint. Jane Goodall tisse un véritable lien avec les chimpanzés. Ces travaux et découvertes sont nombreuses.

De nombreuses créations 

Le Centre de Recherches de Gombe Stream en Tanzanie

En 1965, elle créée le Centre de Recherches de Gombe Stream en Tanzanie, financé par la National Geographic Society. Ce centre lui permet d’accueillir des étudiants et des chercheurs pour qu’ils puissent venir l’assister dans ses observations. Dans ce centre, elle y rédige de nombreux ouvrages, écrit plusieurs articles, et cherche divers financements. Articles, reportages vidéos, etc., contribuent à créer une reconnaissance internationale pour le travail de la primatologue Goodall. En avril 1966, Jane Goodall devient officiellement docteur en éthologie.

La fondation de l’Institut Jane Goodall

Jane Goodall est consciente des risques que causent l’Homme à la biodiversité, c’est pour cela qu’elle créée en 1977, l’Institut Jane Goodall, qui est une organisation de protection de la biodiversité, d’aide au développement durable et d’éducation environnementale. En 1984, pour améliorer les connaissances sur les comportements des chimpanzés à l’état sauvage, elle créée un programme nommé ChimpanZoo.

Poursuite de son étude sur les chimpanzés et reconnaissance internationale

Le Sanctuaire du Tchimpounga et le Chimpanzé Grégoire

Elle continue tout un programme environnemental, ce qui lui vaut de paraître désormais aux yeux de certains comme une activiste. Elle fonde en 1992, le Sanctuaire du Tchimpounga au Congo pour accueillir tous les chimpanzés orphelins. Ce sanctuaire accueille aussi des chimpanzés vivant dans des mauvaises conditions, comme le chimpanzé Grégoire (1942-2008), qu’elle sauve du zoo de Brazzaville qui vivait dans une cage trop petite. Ce chimpanzé est celui qui a eu la plus longue durée de vie connus à ce jour, malgré ses quarante années passées dans une cage trop petite.

Un flot de reconnaissances et de récompenses pour ses travaux scientifiques

goodall-touch_1414_600x4501

La primatologue a su comprendre les chimpanzés en leur tendant toute son attention (site)

En 1990, elle reçoit l’équivalent japonais du Prix Nobel, le prix Kyoto pour la science pour récompenser ses nombreuses découvertes sur le comportement et la vie des chimpanzés. En 1995, elle reçoit de la Reine Elisabeth II le titre de commandeur de l’ordre de l’Empire britannique. Les travaux de Jane Goodall sont reconnus mondialement. En 2006, elle reçoit la Médaille d’Or des 60 ans de l’UNESCO. Jane Goodall continue activement ses travaux sur les chimpanzés. C’est une des femmes scientifiques possédant la plus grande renommée avec Marie Curie. En tant que personne de renom, elle a été invitée en tant qu’experte à la COP21 de Paris en 2015.


Une réflexion au sujet de « Jane Goodall, une passion pour les animaux naît de son enfance »

  1. Ping : La primatologue lituanienne, Birutė Galdikas | L'alguier d'Agathe de Gourcuff

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *