Lise Meitner, la mère de la fission nucléaire

Lise Meitner est née à Vienne en Autriche, le 7 novembre 1878. C’est une physicienne autrichienne naturalisée suédoise en 1949. Elle est connue pour avoir découvert la fission nucléaire, mais surtout pour avoir été l’une des femmes non reconnues pour sa découverte majeure. C’est une des oubliées du Prix Nobel. C’est un homme qui a obtenu sa récompense, Otto Hahn.

lise-meitner-45-1024x1024

Portrait de Lise Meitner (site)

De sa naissance à son doctorat

Lise (surnom de son vrai prénom Elise) Meitner est née au sein d’une famille juive en Autriche. Elle est la fille de Philipp Meitner (1838-1910) et de Hedwig Skovran, et fait partie d’une fratrie de 7 frères et sœurs. Ses parents étaient très ouverts d’esprits offrant un climat favorable pour le développement intellectuel de leurs enfants, propice à ce qu’ils fassent de longues études. Lise Meitner rentre à l’Université de Vienne en 1901, officiellement ouverte aux femmes depuis 1897.  Pendant cette période universitaire viennoise, Lise Meitner suit plusieurs disciplines, toutes scientifiques :  la physique, la chimie, les mathématiques et la botanique. Mais très rapidement, elle privilégie les cours de Physique avec Ludwig Boltzmann (1844-1906). En 1905, elle débute son doctorat, et le sujet de sa thèse est sur la vérification des équations de Maxwell. Son directeur de thèse est un physicien, Franz-Serafin Exner (1849-1926) qui introduit l’étude de la radioactivité dans l’université. En décembre 1905, elle soutient sa thèse et obtient la plus haute des mentions.

Recherche et radioactivité

Elle décide de se lancer dans des procédures expérimentales avec Stefan Meyer, un assistant de l’institut Boltzmann, autour de la radioactivité et plus particulièrement sur la diffusion des particules alpha. En 1907, elle quitte Vienne pour Berlin, pour suivre les cours de Max Planck (1858-1947) à l’Université de Berlin. Cependant au préalable elle doit faire une demande à Max Planck pour savoir s’il accepte qu’elle suive ses cours. Il faut savoir que Max Planck est très opposé à l’éducation des femmes, mais il fait une exception pour Lise Meitner, en lui donnant son accord. La réputation de l’autrichienne attire des scientifiques, tel d’Otto Hahn (1879-1968) avec qui elle noue une longue amitié. Otto Hahn est à cette époque un assistant à l’Institut de Chimie de l’Université de Berlin. Lise Meitner n’étant pas acceptée à y entrer en tant que femme, ils travaillent en dehors de ce laboratoire. La collaboration entre Lise Meitner et Otto Hahn dure pendant 30 ans. Lise Meitner continue ses recherches sur la radioactivité, même si la première guerre mondiale stoppe les recherches.

lise_meitner_a_loriginedelabombeatomiquemalgreelle

Lise Meitner et Otto Hahn en pleine réflexion dans un laboratoire (site)

Le « projet uranium » et la non reconnaissance au Prix Nobel

La collaboration d’Otto Hahn et de Lise Meitner est une association efficace car elle associe une physicienne et un chimiste offrant un grand champ de compétences à leur binôme. Ils ont notamment de nombreux isotopes. Lise Meitner poursuit de son côté sur des recherches en physique nucléaire. Elle s’est intéressée à l’étude des réactions nucléaires artificielles. A partir de 1934, elle entreprend un projet nommé « projet uranium », avec la participation d’Otto Hahn et de Fritz Strassmann (1902-1980). Lise Meitner avait également pris la tête de la construction d’un accélérateur à particules. Le projet uranium en 1938 aboutit à la découverte de la fission nucléaire. Mais elle est contrainte de s’exiler à cause de la montée de l’antisémitisme en Allemagne Nazie. Elle s’exile en Suède. Par une correspondance importante avec Otto Hahn, elle l’aide à comprendre et à mettre en place une théorie sur la fission des noyaux lourds. Cependant, bien que ce travail soit initié par Lise Meitner, exilée à cause des nazis, le Prix Nobel de chimie récompense la découverte de la fission nucléaire des noyaux lourds en la personne d’Otto Hahn, en 1944. Lise Meitner n’est même pas citée, son travail important et capital a été totalement minoré. Lise Meitner, la mère de la fission nucléaire n’a reçue aucune récompense.

Lise Meitner contre l’utilisation des armes nucléaires

Lise Meitner refuse une invitation de participation au projet Manhattan, qui avait pour but de mettre au point la bombe atomique. Elle est totalement terrorisée en voyant les dégâts produit sur les villes d’Hiroshima et de Nagasaki, en août 1945, et reste fermement opposée à l’arme nucléaire.

Elle décède le 27 octobre 1968, en Angleterre, pays qu’elle a rejoint en 1960.

Plusieurs hommages dans le monde scientifique lui ont été rendus par la suite, notamment l’élément 109 du tableau périodique porte le nom de Meitnerium (Mt) en référence à Lisa Meitner. Sur la Lune et Vénus, des cratères porte son nom.

meitnerium_tile

Symbole du Meitnerium issu du tableau périodique


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *