Discours et image de la Femme (3)

Avec le XVIIème siècle, dans la continuité de la Renaissance, se développe progressivement une théorisation savante du corps et de l’intellect féminin. Cette théorisation tend à placer l’homme (au sens masculin du terme) en tant que seul sujet pensant, pouvant étudier et comprendre le monde. Des contestations se font entendre de la part de femmes, notamment à travers leur propres travaux. C’est par exemple le cas de Marie Meurdrac (1610-1680), qui publie en 1660 un livre de « Chymie charitable et facile pour les femmes ». Dans la préface, elle expose l’idée qu’elle se faisait d’elle-même en tant que femme exclue du champ de la production des savoirs par les hommes :

« je m’objectois à moy-mesme que ce n’estoit pas la profession d’une femme d’enseigner, qu’elle doit demeurer dans le silence, écouter et apprendre, sans témoigner qu’elle sçait : qu’il est au dessus d’elle de donner un Ouvrage au public et que, la réputation n’est pas d’ordinaire avantageuse, puisque les hommes méprisent & blasment toujours les productions qui partent de l’esprit d’une femme. »

Lire la suite