Jardins botaniques, Kreuterbuch, hortus et florilèges : l’empire des Herbaria

 

Entre copie et observation

En Europe, le XVème siècle voit des transformations s’opérer dans la science botanique. La ressemblance des illustrations dans les herbiers commence à se développer, témoignant d’une évolution de la pratique savante, s’éloignant de la copie pour se tourner vers l’étude d’après observation. L’Erbario Carrarese (vers 1400) témoigne de cette époque par ses planches, marquant ainsi une certaine transition entre la copie des illustrations anciennes et la représentation de plantes in vivo.

acacia-et-accipiter (Erabrio Carrarese) jusquiame (Erbario Carrares)
Deux pages de l’Erabario Carrarese. Accacia (page de gauche) et Jusquiame (page de droite). Le livre est accessible dans sa version numérique ici (British Library)

En 1483, les œuvres de Théophraste sortent de l’oubli et sont traduites en latin, induisant des changements dans l’approche descriptive des plantes, notamment en terme de classification. Lire la suite

Histoire(s) des herbiers

Les origines

Comme nous l’avons dit, les herbiers n’ont pas toujours existé sous la forme que nous connaissons aujourd’hui. Les premiers, dont l’élaboration remonterait à l’Antiquité grecque, témoigne d’un lien très fort entre l’étude des plantes et la médecine. C’est d’ailleurs dans un ouvrage de cette discipline qu’apparaissent, dit-on, les premières illustrations botaniques. Il s’agit du Rizotomikon, écrit par l’herboriste Crateus au Ier siècle av. J.-C. Dans ce traité de pharmacologie, les plantes, présentées dans l’ordre alphabétique de leurs noms, sont accompagnées de leurs description, synonymes et applications médicales. Cet ouvrage, considéré comme l’origine de l’illustration botanique, servira de modèle, tant dans son contenu que dans sa forme, aux herbiers du Moyen Âge.1 Lire la suite