Mária Telkes, the « Sun Queen »

Mária Telkes est une scientifique hongroise, naturalisée citoyenne américaine en 1937, méconnue, qui a œuvré tout au long de sa vie par des recherches sur l’énergie solaire. Elle a conçut le premier générateur de puissance thermoélectrique en 1947.

Mária Telkes est née le 12 décembre 1900 en Hongrie à Budapest. Elle est la fille d’Aladar de Telkes et de Mária Laban de Telkes. Elle a réalisé l’ensemble de son parcours scolaire dans la capitale hongroise. Passée par l’équivalent du collège et du lycée français, elle obtient à l’issue un baccalauréat en arts en 1920. Elle poursuit ses études dans un tout autre domaine, en physique-chimie à l’Université de Budapest. Elle termine son parcours universitaire par l’obtention d’un doctorat dans cette discipline en 1924. Mária Telkes commence simultanément sa carrière professionnel par un poste de professeur dans l’Université hongroise. Lire la suite

Rosalind Franklin, la grande oubliée du Prix Nobel de 1962

Rosalind Franklin (1920-1958) est l’exemple parfait du travail féminin non reconnu, pourtant son nom devrait trôner dans tous les livres de biologie, en particulier sur l’ADN. Cette femme est une biologiste moléculaire britannique. Elle a participé de manière active dans la découverte de la structure de l’ADN (acide désoxyribonucléique). En 1962, le prix Nobel est décerné à ses trois collègues, tous des hommes pour les travaux ayant conduit à la découverte de l’ADN. Lire la suite

Mileva Marić-Einstein, une femme dans l’ombre de son mari

Albert Einstein (1879-1955), scientifique mondialement connu et reconnu pour ses travaux sur la relativité générale, notamment en 1916. Mais dans l’ombre d’Einstein, sa femme de l’époque, scientifique, n’avait été jusqu’ici tout bonnement ignorée. Cet article propose de retracer la vie de Mileva Einstein et de s’intéresser à l’impact que cette physicienne a eu sur les travaux de son mari.

Photographie du couple Einstein – Мileva Maric-Einstein et Albert Einstein (site)

Lire la suite

Hypatie d’Alexandrie, entre légende et réalité

Hypatie d’Alexandrie, née entre 355 et 370 est une mathématicienne et philosophe, originaire de la ville d’Alexandrie en Égypte. Elle tient son éducation scientifique de son père, un éditeur et commentateur de textes mathématiques. Elle fait ses études de sciences et de philosophie à Athènes. Elle s’intéresse également à l’astronomie qui constituent, selon certaines sources, l’un des centres majeurs de ses recherches. Une fois rentrée à Alexandrie, elle devient commentatrice de textes mathématiques. Elle donne également des exposés publics qui lui apportent peu à peu une grande renommée. Lire la suite

Chien-Shiung Wu, de la Chine à Manhattan

Chien-Shiung Wu, née le 13 mai 1912 à Shanghai, était une physicienne spécialiste en physique nucléaire. Son père qui était un défenseur de l’égalité homme-femme a fondé en Chine, une école supérieure professionnelle destinée aux femmes. Elle est donc poussée dès le départ, par son cadre familial, à faire des études. Elle intègre ainsi l’Université de Nankin en 1929. Après avoir obtenue sa licence de physique, elle devient assistante à l’Université de Zhejiang. Lire la suite

La primatologue lituanienne, Birutė Galdikas

Birutė Galdikas est une anthropologue, primatologue et éthologue lituanienne. Elle enseigne aujourd’hui à l’Université Simon Fraser au Canada, et est reconnue comme la plus grande primatologue spécialiste des orangs-outans. Elle fait partie du trio de spécialistes qui ont été appelés pour l’étude des Grands singes par Louis Leakey.

resize_800x500_img_7126

Galdikas reçoit en 2011 une récompense des mains de la présidente lituanienne, Grybauskaitė (site).

Lire la suite

Sibylla Merian, naturaliste voyageuse oubliée

Portrait se Sibylla Merian (1679)

Portrait de Sibylla Merian (1679)

Née à Francfort-sur-le-Main en 1647, Sibylla Merian grandi dans une famille d’artistes. Son père, Matthaüs Merian est graveur et éditeur. À la mort de celui-ci en 1650, sa femme, Johanna Sibylla Heim épouse le peintre Jacob Marrel (1614-1681), qui encourage Sibylla à peindre et la forme aux techniques artistiques. Celle-ci développe une certaine maîtrise de la peinture, du dessin et de la gravure ainsi qu’un goût pour les insectes. Adolescente, elle se procure des vers à soie qu’elle élève tout en notant leur régime alimentaire et leurs différentes phases de développement, notamment, ce qui l’intéresse le plus, le moment de leur métamorphose. À 18 ans, elle épouse un peintre de Nuremberg, Johann Andrea Graff et enseigne la peinture et la broderie de 1665 à 1670 sans perdre de vue son étude des insectes. Après cinq ans d’observation, elle publie son travail sous forme de trois ouvrages. Deux de ces volumes traitent des insectes. Le deuxième, intitulé « Der Raupen wunderbare Verwandlung und sonderbare Blumen-nahrung » (La chenille, merveilleuse transformation et étrange nourriture florale) publié en 1679 contient 50 gravures d’insectes associées à la plante sur laquelle ils vivent et dont ils se nourrissent, accompagnés de leurs stades de développements et de la durée de ceux-ci.

Lire la suite