Margaret Hamilton, la science vers l’espace

220px-margaret_hamilton_1995

Photographie de Margaret Hamilton en 1995 (site)

Margaret Hamilton, née le 17 août 1936, est une informaticienne et mathématicienne américaine. Elle débute une licence en mathématique en 1955, et se lance également dans la création de programmes informatiques. Après avoir obtenu sa licence de mathématique en 1958, elle compte au départ poursuivre dans ce domaine et intégrer l’université de Brandeis. Elle choisit finalement de rentrer au MIT (Massachusetts Intitute of Technology), où elle développe des programmes informatiques. Elle commence par coder des programmes informatiques pour faire de la prévision météo. Mais à partir de 1961, elle intègre le laboratoire Lincoln du MIT, et travaille sur le projet militaire SAGE (Semi-Automatic Ground Environement), qui a pour but, la détection des avions.
Lire la suite

Stephanie Kwolek, la maman du Kevlar

Stephanie Kwolek est née le 31 juillet 1923 aux Etats-Unis à New Kensington, et elle est décédée dans le Delaware à Wilmington, le 18 juin 2014. Stephanie Kwolek est une chimiste américaine qui est l’inventrice du Kevlar, matière entrant dans la composition des gilets pare-balles par exemple. Le travail de cette chimiste a été récompensé à de nombreuses reprises.

kwolek

Photographie de Stephanie Kwolek (site)

Stephanie Louise Kwolek est une fille d’immigrants polonais, Aniela « Nellie » Zajdel Kwolek (1898-1969) et John Kwolek (1892-1934). John Kwolek décède l’année des 10 ans de sa fille. Elle doit beaucoup à ses parents selon elle, car elle dit tenir son intérêt pour la science de son père, et pour la mode de sa mère. Elle a suivis un parcours scolaire scientifique, choisissant au collège de s’intéresser à la Chimie. En 1946, elle obtient le diplôme de Chimie du Margaret Morrison Carnegie College à Pittsburgh. Elle a pour principal objectif de travailler grâce à ce diplôme de chimie pour pouvoir avoir assez d’argent afin de payer ses études de médecine. Lire la suite

Roger Arliner Young, première afro-américaine reconnue

Roger Arliner Young

Roger Arliner Young

Roger Arliner Young, née en 1889 à Cliffton Forge en Virginie est une zoologiste et biologiste américaine. Elle est reconnue comme étant la première femme afro américaine à avoir reçu un doctorat en zoologie.

Elle est issue d’un famille pauvre, et le peu d’argent que gagne la famille part dans les soins pour sa mère. En 1916, elle commence à étudier la musique à l’université de Howard à Washington, puis se dirige vers des études scientifiques à partir de 1921. Elle est au départ en échec scolaire et accumule les mauvaises notes. Néanmoins certains de ses professeurs voient en elle des capacités qu’ils cherchent à développer.

Lire la suite

Jane Goodall, une passion pour les animaux naît de son enfance

Jane Goodall est une primatologue, éthologue et anthropologue britannique. Elle est mondialement connue et reconnue pour son travail en immersion parmi les chimpanzés. Cette scientifique britannique est née le 3 avril 1934 à Londres. Jane Goodall, aux modestes études de secrétariat, s’est construit un véritable savoir en primatologie autour des chimpanzés.

La genèse d’une future scientifique de renom

Valérie Jane Goodall est née à Londres, fille de Mortimer Herbert Morris-Goodall (1907-2001), un pilote automobile, et de Margaret Myfanwe Joseph (1906-2000), romancière. Sa mère écrivait sous le pseudonyme de Vanne Morris-Goodall. A l’âge de deux ans, un premier déclic a lieu pour Jane Goodall, en effet son père lui

ap-95527fff536a0f12140f6a7067009f36

Jane Goodall avec une de ses peluches (site)

offre un singe en peluche représentant Jubilee, un chimpanzé né au zoo de Londres. Lors du Noël de 1942, Jane Goodall reçoit par ses parents un livre intitulé Dr. Dolittle écrit par Hugh Lofting (1886-1947). Il s’agit de l’histoire d’un vétérinaire capable de dialoguer avec les animaux, et qui voyage notamment en Afrique. L’intérêt de Jane Goodall pour les animaux grandit sans cesse, d’autant plus qu’elle vit dans une maison au milieu des animaux en Angleterre, à Bournemouth. Petite, elle se jure de travailler plus tard sur les animaux, en Afrique. Par manque de moyen sa famille ne peut lui payer des études universitaires. Elle décide de faire des études de secrétariat au Collège Royal de Secrétariat de Londres. Lire la suite

Sophia Brahe, astronome et horticultrice.

Sophia Brahe née le 22 septembre 1556 ou le 24 aout 1559 est une, astronome, chimiste horticultrice, généalogiste et femme de lettres d’origine danoise. C’est la sœur de Tycho Brahe, le célèbre astronome connu pour ses observations de supernova et de comètes mais également pour ses inventions d’outils astronomiques. Elle est issue de l’une des plus importantes familles nobles du Danemark et reçoit à ce titre une éducation littéraire avec notamment un apprentissage du latin. Son frère lui enseigne également des notions d’horticulture et de chimie, mais elle apprend l’astronomie par elle-même se servant de sa connaissance de l’allemand et du latin. Elle assistera par ailleurs Tycho Brahe dans certaines de ses expériences et notamment lors de l’éclipse solaire lunaire de 1573.

Lire la suite

Lise Meitner, la mère de la fission nucléaire

Lise Meitner est née à Vienne en Autriche, le 7 novembre 1878. C’est une physicienne autrichienne naturalisée suédoise en 1949. Elle est connue pour avoir découvert la fission nucléaire, mais surtout pour avoir été l’une des femmes non reconnues pour sa découverte majeure. C’est une des oubliées du Prix Nobel. C’est un homme qui a obtenu sa récompense, Otto Hahn.

lise-meitner-45-1024x1024

Portrait de Lise Meitner (site)

De sa naissance à son doctorat

Lise (surnom de son vrai prénom Elise) Meitner est née au sein d’une famille juive en Autriche. Elle est la fille de Philipp Meitner (1838-1910) et de Hedwig Skovran, et fait partie d’une fratrie de 7 frères et sœurs. Ses parents étaient très ouverts d’esprits offrant un climat favorable pour le développement intellectuel de leurs enfants, propice à ce qu’ils fassent de longues études. Lise Meitner rentre à l’Université de Vienne en 1901, officiellement ouverte aux femmes depuis 1897.  Pendant cette période universitaire viennoise, Lise Meitner suit plusieurs disciplines, toutes scientifiques :  la physique, la chimie, les mathématiques et la botanique. Mais très rapidement, elle privilégie les cours de Physique avec Ludwig Boltzmann (1844-1906). Lire la suite

Emmy Noether, les difficultés de l’enseignement

Amalie Emmy Noether, née le 23 mars 1882, est une mathématicienne, originaire d’Allemagne. Son père avant elle, était également un mathématicien, il a laissé à la postérité plusieurs théorèmes, tel que celui de Brill-Noether ou celui de Max Noether.

Emmy Noether a tout d’abord fait des études de langues en français et en anglais, elle obtient même l’examen d’enseignant en 1900, mais elle préfère continuer ses études et entre à l’université  d’Ergalen, où travaillait son père. Elle est l’une des deux seules femmes étudiantes à l’académie sur 986 élèves, l’université n’étant pas favorable à la mixité et à l’enseignement des femmes dans les études supérieures. Elle passe avec succès ses examens le 14 juillet 1903. A partir de 1904, après un court passage à l’université de Göttingen, où elle suit les cours de David Hilbert (1862-1943) et Felix Klein (1849-1925). Elle fait le choix de ne se concentrer que sur l’étude des mathématiques et écrit une thèse sous la direction de Paul Gordan (1837-1912) portant sur la construction du système de la forme ternaire quadratique, thèse qu’elle soutient en 1907.

Lire la suite