Sada Mire, la première et l’unique archéologue somalienne

Sada Mire est une archéologue bien particulière. En effet, sa nationalité la rend unique, elle est somalienne, plus précisément de la partie autoproclamée indépendante de la Somalie, le Somaliland. Elle est la première femme somalienne archéologue. Aucune autre archéologue n’est recensée dans ce pays. Sada Mire a décidé de s’intéresser à l’histoire africaine et à l’archéologie de la Somalie. Elle veut écrire l’histoire de son pays.

Sada Mire pendant sa conférence TED

Lire la suite

Elena Ceaușescu, « exceptionnelle » chimiste…contestée et vice-Première ministre de Roumanie

Elena Ceaușescu est née le 7 janvier 1916 à Petrești en Roumanie. Elle est principalement connue pour être la femme de Nicolae Ceaușescu (1918-1989). Outre cet aspect, nous allons nous intéresser en plus de sa vie politique à sa carrière de chimiste. En effet, beaucoup d’encre a coulé sur sa formation et son activité en chimie. Dans cet article, nous avons l’exemple d’une femme qui doit l’ensemble de sa carrière politique et de chimiste à son mari, il a voulu que sa femme rayonne pour être un modèle exemplaire pour les autres femmes roumaines. Elena Ceaușescu a bénéficié d’une notoriété et d’un savoir scientifique qu’elle ne possédait absolument pas.

Elena et Nicolae Ceaușescu

Lire la suite

Grace Hopper, pionnière de l’informatique

Grace Hopper née le 9 décembre 1906, était une informaticienne américaine. Elle a étudié les mathématiques mais également la physique et l’économie au Vassar College, situé près de New York, université ayant la particularité (du moins jusqu’en 1969) d’être entièrement féminine. Elle termine ses études en 1928 et commence un doctorat en mathématique qu’elle soutient en 1934 avec succès. Parallèlement à ses activités de recherche elle enseigne également au Vassar College à partir de 1931 et jusqu’en 1943. Lire la suite

Maryam Mirzakhani, la mathématicienne iranienne de renom et d’avenir

Maryam Mirzakhani (en persan : مریم میرزاخانی) est une scientifique iranienne, née le 5 mai 1977 à Téhéran, en Iran. Cette mathématicienne est connue pour ses travaux en topologie et en géométrie. Mirzakhani est une des scientifiques de renom de nos jours, mettant à plat tous les préjugés sur la question du genre en Science. En 2014, elle devient la première femme à recevoir la médaille Fields.

Maryam Mirzakhani

Lire la suite

Madeleine Brès, première femme française médecin

Madeleine Brès, née Gebelin le 26 novembre 1842 et morte le 30 novembre 1921 était un médecin français, . Elle ne vient pas d’une famille scientifique mais au contraire d’un milieu ouvrier (son père était charron). Sa formation scientifique, elle commence à l’acquérir très jeune lors de son passage à l’hôpital de Nîmes, auprès des religieuses qui soignent les malades. Elle y apprend notamment à préparer quelques remèdes et cataplasmes, alors qu’elle n’a qu’une dizaine d’années. Lire la suite

Maria Winkelmann, l’astronome allemande

Maria Winkelmann est une astronome allemande, née à Leipzig le 25 février 1670 (située à l’époque dans le duché de Saxe). Son père est un pasteur qui croit en l’éducation des femmes, c’est donc lui qui lui donne ses premiers cours dès son plus jeune âge. Son oncle continue cet enseignement après la mort du père de Maria Winkelmann. Plus tard, elle décide de se spécialiser dans l’astronomie qu’elle affectionne particulièrement. Elle part étudier avec Christoph Arnold (1650-1695), un astronome autodidacte ayant lui aussi un parcourt un peu atypique, car il a commencé comme agriculteur. Très vite, elle passe du statut d’étudiante à celui d’assistante. Lire la suite

Mária Telkes, the « Sun Queen »

Mária Telkes est une scientifique hongroise, naturalisée citoyenne américaine en 1937, méconnue, qui a œuvré tout au long de sa vie par des recherches sur l’énergie solaire. Elle a conçut le premier générateur de puissance thermoélectrique en 1947.

Mária Telkes est née le 12 décembre 1900 en Hongrie à Budapest. Elle est la fille d’Aladar de Telkes et de Mária Laban de Telkes. Elle a réalisé l’ensemble de son parcours scolaire dans la capitale hongroise. Passée par l’équivalent du collège et du lycée français, elle obtient à l’issue un baccalauréat en arts en 1920. Elle poursuit ses études dans un tout autre domaine, en physique-chimie à l’Université de Budapest. Elle termine son parcours universitaire par l’obtention d’un doctorat dans cette discipline en 1924. Mária Telkes commence simultanément sa carrière professionnelle par un poste de professeur dans l’Université hongroise. Lire la suite