Sophia Brahe, astronome et horticultrice.

Sophia Brahe née le 22 septembre 1556 ou le 24 aout 1559 est une, astronome, chimiste horticultrice, généalogiste et femme de lettres d’origine danoise. C’est la sœur de Tycho Brahe, le célèbre astronome connu pour ses observations de supernova et de comètes mais également pour ses inventions d’outils astronomiques. Elle est issue de l’une des plus importantes familles nobles du Danemark et reçoit à ce titre une éducation littéraire avec notamment un apprentissage du latin. Son frère lui enseigne également des notions d’horticulture et de chimie, mais elle apprend l’astronomie par elle-même se servant de sa connaissance de l’allemand et du latin. Elle assistera par ailleurs Tycho Brahe dans certaines de ses expériences et notamment lors de l’éclipse solaire lunaire de 1573.

Lire la suite

Emmy Noether, les difficultés de l’enseignement

Amalie Emmy Noether, née le 23 mars 1882, est une mathématicienne, originaire d’Allemagne. Son père avant elle, était également un mathématicien, il a laissé à la postérité plusieurs théorèmes, tel que celui de Brill-Noether ou celui de Max Noether.

Emmy Noether a tout d’abord fait des études de langues en français et en anglais, elle obtient même l’examen d’enseignant en 1900, mais elle préfère continuer ses études et entre à l’université  d’Ergalen, où travaillait son père. Elle est l’une des deux seules femmes étudiantes à l’académie sur 986 élèves, l’université n’étant pas favorable à la mixité et à l’enseignement des femmes dans les études supérieures. Elle passe avec succès ses examens le 14 juillet 1903. A partir de 1904, après un court passage à l’université de Göttingen, où elle suit les cours de David Hilbert (1862-1943) et Felix Klein (1849-1925). Elle fait le choix de ne se concentrer que sur l’étude des mathématiques et écrit une thèse sous la direction de Paul Gordan (1837-1912) portant sur la construction du système de la forme ternaire quadratique, thèse qu’elle soutient en 1907.

Lire la suite

Mise en place de l’exposition

Aujourd’hui nous allons vous présenter la mise en place de notre exposition à la médiathèque des Capucins qui s’est déroulée les journées du 20 et 21 décembre. Nous avons commencé par le placement de nos affiches. Nous avons choisi de les disposer par thèmes abordés, du général au particulier. Ainsi le parcours de l’exposition commencera par l’histoire des Herbiers, puis continuera avec une dimension plus scientifique en s’intéressant aux algues. Enfin le parcours se terminera sur une affiche s’intéressant aux femmes en sciences afin de « surprendre » si l’on veut, le visiteur qui ne s’attend pas nécessairement à voir ce thème abordé dans une telle exposition.

Les affiches mise en place.

Les affiches mises en place.

Lire la suite

Irène Joliot-Curie, telle mère telle fille

Irène Joliot-Curie, née le 12 septembre 1897 est une physicienne et chimiste française. C’est la fille de Pierre et Marie Curie, eux même physiciens et chimistes récompensés par un prix Nobel pour leur travaux notamment pour la mise en évidence de deux nouveaux éléments : le polonium et le radium.

Irène Joliot-Curie

Photographie d’Irène Joliot-Curie

Elle fait ses premiers pas dans la science sur le front lors de la Première Guerre Mondiale avec sa mère qu’elle aide dans un service de radiographie. Elle est en charge de former les médecins à l’utilisation des appareils de radiographie. Après la fin de la guerre, elle continue son travail de formation et se lance également dans la recherche en devenant chef de travaux du laboratoire Curie, puis en reprenant les recherches menées par sa mère, à la mort de cette dernière. C’est par ailleurs à l’Institut du Radium qu’elle rencontre Frédéric Joliot (1900-1958) avec qui elle se mariera. A partir de 1929, le couple Joliot-Curie sur la radioactivité naturelle, recherche qui mènent en 1932 à la découverte du phénomène de projection de protons par un rayonnement encore inconnu.

Lire la suite

Marie Curie, la femme aux deux prix Nobel

Marie Skłodowska-Curie, née le 7 novembre 1867 à Varsovie (Pologne) est une chimiste et physicienne connue notamment pour ses travaux sur le polonium et le radium. Elle se voit décerner le prix Nobel de chimie en 1903 (partagé avec son époux Pierre Curie (1859-1906) et le physicien Henri becquerel) et une seconde fois en physique (1911) en remerciement de ses découvertes sur l’uranium, le radium et le polonium. Ces recherches ont conduit par la suite à de nombreuses découvertes sur la radioactivité et notamment par sa fille et son gendre Irène (1897-1956) et Frédéric Joliot-Curie (1900-1958) qui recevront eux aussi un prix Nobel de chimie pour leur travaux.

Marie Curie vers 1920

Marie Curie vers 1920

Ses travaux la conduisent à deux grandes découvertes. La première est que la radioactivité n’est pas une propriété chimique mais physique et la seconde, plus importante, est la découverte du radium et du polonium, deux éléments chimique encore inconnu jusqu’à lors. Si l’uranium était déjà connu depuis la fin du XVIIIème siècle, les époux Curie supposent qu’il existe un élément plus actif que l’uranium dans le pechblende (minerais dont est issue l’uranium). Grâce à l’élaboration d’un procédé permettant la séparation des éléments constituant le pechblende il détermine l’existence de deux élément encore inconnu qu’ils nomment radium et polonium. Lire la suite

Herballs

Meeting with those singular artefacts, that have not always contained only plants…

Nowdays we see herballs as simple collections of  plants realized in a scientific or playful purpose. In fact, those artefacts tell us many things about sciences, our societies and history. We can only satisfy to contemplate but if we take time to explore them, they show us their secrets…

Lire la suite

Jardins botaniques, Kreuterbuch, hortus et florilèges : l’empire des Herbaria

 

Entre copie et observation

En Europe, le XVème siècle voit des transformations s’opérer dans la science botanique. La ressemblance des illustrations dans les herbiers commence à se développer, témoignant d’une évolution de la pratique savante, s’éloignant de la copie pour se tourner vers l’étude d’après observation. L’Erbario Carrarese (vers 1400) témoigne de cette époque par ses planches, marquant ainsi une certaine transition entre la copie des illustrations anciennes et la représentation de plantes in vivo.

acacia-et-accipiter (Erabrio Carrarese) jusquiame (Erbario Carrares)
Deux pages de l’Erabario Carrarese. Accacia (page de gauche) et Jusquiame (page de droite). Le livre est accessible dans sa version numérique ici (British Library)

En 1483, les œuvres de Théophraste sortent de l’oubli et sont traduites en latin, induisant des changements dans l’approche descriptive des plantes, notamment en terme de classification. Lire la suite