Histoire(s) des herbiers

Les origines

Comme nous l’avons dit, les herbiers n’ont pas toujours existé sous la forme que nous connaissons aujourd’hui. Les premiers, dont l’élaboration remonterait à l’Antiquité grecque, témoigne d’un lien très fort entre l’étude des plantes et la médecine. C’est d’ailleurs dans un ouvrage de cette discipline qu’apparaissent, dit-on, les premières illustrations botaniques. Il s’agit du Rizotomikon, écrit par l’herboriste Crateus au Ier siècle av. J.-C. Dans ce traité de pharmacologie, les plantes, présentées dans l’ordre alphabétique de leurs noms, sont accompagnées de leurs description, synonymes et applications médicales. Cet ouvrage, considéré comme l’origine de l’illustration botanique, servira de modèle, tant dans son contenu que dans sa forme, aux herbiers du Moyen Âge.1

Le Moyen Âge : jardins médicinaux et livres de drogues…

Durant le Moyen Âge, l’étude des plantes restera accolée d’abord à la pratique médicale puis à l’agriculture. De tels liens sont perceptibles dans les termes utilisés pour qualifier les herbiers, issus de la racine « erba ». Ainsi par exemple, le terme « herbolar » utilisé au début du XIIIème siècle dans la péninsule hispanique comme synonyme d’ « empoisonner », et le mot « erbario » attesté en 1324 signifiant « qui prépare des « erberie » (erberie, se rapportant à des maléfices préparés avec des herbes)2. Nous voyons bien là le rôle des traités de pharmacologie, en tant que livre de vertus des plantes et de contre poisons, mais également de pouvoirs magiques prêtés aux plantes. Cela reflète la pensée savante du Moyen Âge.

En effet, si les auteurs grecs anciens font référence en matière de sciences, (Dioscoride et son Materia medica, Pline l’Ancien et son Histoire naturelle) la science moyenâgeuse est issue de la compilation de leurs oeuvres sans réelle critique. Concernant les plantes, l’étude se réduit à l’utilisation de tel ou tel végétal et se tourne plus vers les livres de botaniques que sur les plantes elles-mêmes. La science est diffusée par l’activité de copie, effectuée par la sphère religieuse, à l’intérieur des scriptoria, où s’élaborent en même temps les jardins horticoles.

Ceux-ci réunissent des plantes aux vocations curatives et culinaires. Sont alors distingués l’ « herbularius » ou jardin médicinal, et l’ « hortus » ou jardin potager. L’activité horticole gagnera également les jardins royaux, comme en témoigne le Capitulare de villis et cortis imperialibus recueil du VIIème siècle présentant 89 plantes devant êtres cultivées dans les résidences de l’empereur Charlemagne. Dans le domaine de l’agriculture, il peut être cité l’Opus Ruralium Commodorum de Piero de Crescenzi (1235-1320), imprimé en 1471 et fréquemment utilisé jusqu’au XVIIème siècle sous le titre français « Des prouffitz champestres et ruraulx ». L’édition française numérisée est accessible ici (BNF)

pierre_de_crescens2
Pages des Prouffitz Champestres. L’ensemble du livre est accessible ici (BNF)

L’édition allemande du même ouvrage, Vom Ackerbaw/Erdtwücher/[…] contient des gravures illustrant les tâches agricoles et certaines plantes cultivées. L’ouvrage numérisé est accessible sur ce site (Bayerische Staatsbibliothek, Allemagne).

Page de l'édition allemande de l' Opus ruralium

Page de l’édition allemande de l’ Opus ruralium.

Cependant, les illustrations de ces ouvrages sont souvent peu réalistes de par l’activité de copie qui tend à déformer le dessin des plantes et à mettre en avant la partie utilisée.

Il faudra attendre le XVIème siècle pour que se développe la ressemblance des illustrations, en même temps que la critique des textes anciens et la mise en place d’une nouvelle manière de penser l’étude des plantes.


1 Histoire de la botanique. Joëlle Magnin GONZE, Delachaux et Niestlé. 2004

2 Je remercie ici Madame Maria Fatima RODRIGUEZ, professeure à l’UBO pour ces informations


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *