Le marteau-pilon n°125 des forges de Pontaniou à Brest

Le marteau-pilon n°125 Schneider & Cie, des forges de Pontaniou à Brest est une des plus anciennes machines-outils de l’arsenal. Construit en 1867, cet artefact est un des joyaux de l’industrie navale brestoise. Sujet principal de mon mémoire, je traite plusieurs thématiques comme la notion d’artefact et de système technique, mais aussi de l’environnement industriel, et des gestes techniques associés. Le but recherché est de valoriser et de sauvegarder par la réalité virtuelle cet emblème de l’industrie lourde, ainsi que les gestes techniques que mobilise cette machine. Par cette technologie, je propose également une reconstitution des 5 sens présent dans les forges de Brest. Un court métrage de 3 minutes illustrera les différentes étapes de la modélisation en 3D jusqu’au passage en réalité virtuelle du marteau-pilon.

Photographie de Julien Hageaux du marteau-pilon n°125, Forges de Pontaniou, Brest, 19 décembre 2016

The drop hammer n°125, of the forges of Pontaniou, Brest, is one of the most ancient machine-tool of the arsenal. Built by the company Schneider & Cie in 1867, this artifact is one of the jewel of the marine industry of Brest, and the main topic of my research paper. I deal with several themes such as the concepts of artifact, technical system and industrial environment. The purpose is to value and safeguard by the use of virtual reality, this industrial emblem as well as the technical gesture that is associated. By this technological process, I propose also to reconstitute the sensitive representation of the forges. A short movie will illustrate the different steps of the 3D modeling to the representation of the drop hammer using the virtual reality process.

 

A la suite de la décision prise par le ministère de la Marine et des Colonies de doter l’arsenal de la ville de Brest d’un marteau-pilon, l’entreprise Schneider & Cie fabrique la machine-outil en 1867[1]. Il s’agit d’un modèle de type n°4[2], c’est le 125ème marteau-pilon de cette série qui est conçu en fonte. La société bourguignonne achemine ses productions à ses clients par la voie ferrée ou par la voie maritime. Pour Brest, la voie fluviale est choisie afin de transporter le marteau-pilon n°125 en pièces détachées. Le fabricant possédait un port à Chalon-sur-Saône[3], le marteau a été transporté sur la Saône, puis a rejoint le Rhône, pour descendre la France et rejoindre la Mer Méditerranée.

La même année, l’artefact des usines Schneider est livré à la ville de Brest. D’après la carte de la Marine[4], l’artefact a été installé à quelques mètres devant le bâtiment aux Lions, et à proximité des formes de radoubs de Pontaniou. Cette carte nous confirme un changement de place au cours de la carrière de cette machine-outil. La carte ne positionne pas le marteau-pilon dans les grandes forges de Pontaniou, il a probablement été déplacé dans celles-ci dans les années 1920, au moment de son changement d’énergie. Contrairement à certaines sources, il n’a pas été installé à la Villeneuve, qui était une usine de traitement des produits ferreux issus des navires démantelés. Le Plateau des Capucins n’a pas non plus possédé le marteau-pilon, pour des raisons de solidité du sol comme nous l’apprenons par Catherine Abéguilé-Petit, l’historienne spécialisée en histoire des techniques qui déclarait[5] : « Il y a trois niveaux différents de souterrains, ce que peu de monde sait. C’est un vrai gruyère en-dessous. On ne sait pas exactement à quoi ils servaient. » Cette imposante machine-outil au Plateau des Capucins, par les chocs de ses frappes et le poids de sa masse tombante, aurait pu produire un effondrement du sol où elle se serait trouvée. Dans les années 1920, le marteau-pilon brestois passe de l’énergie à vapeur à l’air comprimé. L’artefact de 6 tonnes des forges de Pontaniou a été endommagé par l’éclat d’un obus pendant la deuxième guerre mondiale en 1944. Il a été abimé pendant les bombardements intensifs américains en septembre 1944. Il porte des stigmates que nous pourrons voir par la suite.

Le colosse de fonte Schneider & Cie a fonctionné dans son rôle principal de forgeage de pièces de 1867 à 2005. 138 années d’activité de conceptions pour de nombreux navires, le dernier en date est le porte-avions Charles de Gaulle. Son activité a décliné très rapidement au début du 21ème siècle. Le film d’Olivier Bourbeillon[6] intitulé La dernière journée, illustre le travail au marteau-pilon. Ce film ne doit pas être interprété comme la dernière journée de fonctionnement du marteau-pilon, bien au contraire. Ses travaux se concentraient après 2005, sur le redressement des ancres et le rafistolage des chaines. L’artefact de 1867 cesse définitivement son activité en 2013, en partie dû à l’arrêt de la production navale à Brest. Depuis ce jour, il demeure toujours au sein des grandes forges de Pontaniou, mué dans un profond silence.

[1] Voir annexe 6

[2] Voir annexe 7

[3] D’ANGIO Agnès, Schneider et Cie et la naissance de l’ingénierie. Des pratiques internes à l’aventure internationale 1836-1949, CNRS Editions, Paris, 2000

[4] Voir annexe 8

[5] http://www.brest.maville.com/actu/actudet_-Plateau-des-Capucins-un-vrai-gruyere-_loc-474116_actu.Htm

[6] Olivier Bourbeillon (né en 1957) est un réalisateur et producteur de cinéma français.

 

Venez visionner mon projet de mémoire sur YouTube.

Il s’agit d’une courte présentation de mon mémoire et de l’histoire du marteau-pilon brestois: HAGEAUX Julien, Le marteau-pilon des forges de Pontaniou à Brest, Université de Bretagne Occidentale, Brest, 2017. Je traite dans celui-ci la problématique qui suit : Sauvegarde du système marteau-pilon et des gestes techniques qui lui sont associés par la réalité virtuelle. Si vous voulez avoir accès à mon mémoire en version PDF et aux annexes, envoyez moi un mail à julien.hgx@gmail.com.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *