Sada Mire, la première et l’unique archéologue somalienne

Sada Mire est une archéologue bien particulière. En effet, sa nationalité la rend unique, elle est somalienne, plus précisément de la partie autoproclamée indépendante de la Somalie, le Somaliland. Elle est la première femme somalienne archéologue. Aucune autre archéologue n’est recensée dans ce pays. Sada Mire a décidé de s’intéresser à l’histoire africaine et à l’archéologie de la Somalie. Elle veut écrire l’histoire de son pays.

Sada Mire pendant sa conférence TED

Sada Mire est née en 1976 dans la ville d’Hargeisa en Somalie, aujourd’hui dans la partie dite du Somaliland. Elle a plusieurs frères et sœurs, mais surtout une sœur jumelle, Sohur Mire. Sada Mire est issue d’un milieu de classe moyenne, sa mère est sage-femme et son père, lui, est un fonctionnaire de police. Comme elle le dit elle-même dans une vidéo de TED, elle a grandi à Mogadiscio et a suivi son parcours scolaire dans cette même ville. En 1988, Sada Mire est âgée de 12 ans quand son père est tué. L’année 1991 marque un tournant dans la vie de la jeune somalienne. Le 26 janvier 1991, la guerre civile éclate dans l’ancienne colonie italienne, et laisse sombrer progressivement dans la violence la Somalie. Fuyant constamment les violences et les combats, la famille Mire en cette année décide d’émigrer en Suède notamment parce qu’une de ses sœurs a obtenu le droit d’asile. Sada Mire continue son apprentissage dans le pays scandinave, avant de rentrer dans l’Université de Lund, elle s’intéresse à plusieurs disciplines sans vraiment trouver celle qui lui convient.

Le déclic a lieu en Suède, Sada Mire entame des recherches sur l’Afrique et sur l’histoire africaine, outre la documentation qui est relativement faible, dans un de ces livres, elle fut marquée par une phrase.  » Pour écrire l’histoire africaine, il faut faire une recherche archéologique », depuis ce jour cette phrase est devenue l’axe principal de sa carrière. Par la suite, elle s’est inscrite dans l’Ecole des études orientales et africaines à Londres, où elle obtient un bachelor. Ce diplôme obtenu, Sada Mire ne s’arrête pas là, elle persiste et décroche un master et un doctorat dans le domaine de l’archéologie à l’Université du Collège de Londres (UCL).

Elle réalise des fouilles de terrain dans plusieurs pays, notamment au Royaume-Uni, au Danemark, au Kenya, en Egypte, et dans le nord de la Somalie. C’est en 2007, soit 16 ans après son départ que Sada Mire remet les pieds sur le sol somalien. Parti jeune adolescente, elle retourne sur ses terres d’origine en tant que docteur en archéologie. Elle est la première et unique femme archéologue somalienne en Somaliland. Après ce retour dans son pays natal, elle découvre que la Somalie a un patrimoine archéologique riche et insoupçonné, caché malheureusement par la longue période de trouble depuis 1991. Sada Mire a très vitre compris les lacunes qu’avaient accumulées la Somalie dans ce secteur. Il n’existait aucun Département pour le patrimoine culturel en Somalie. Elle a mis en place et dirige le Département des Antiquités de Somaliland, qui est désormais une branche du Ministère de la Culture et du Tourisme. Actuellement, elle est à la fois Maître Assistant dans l’Université de Leyde aux Pays-Bas et directrice du tourisme pour le Somaliland. Pour l’Université de Leyde, elle mène une étude post-doctorale en archéologie, en ethnographie, et sur l’histoire des peuples de l’Afrique du Nord-Est, notamment sur la Somalie, l’Ethiopie, l’Erythrée, Djibouti et le Kenya.

Sada Mire a découvert depuis de nombreux trésors anciens en Somalie, et elle s’est livrée à la préservation de ce patrimoine. Utilisant son expérience, elle a fait un travail de terrain méthodique mettant au jour de nombreux objets. Depuis dix ans, elle se donne la mission de découvrir et de préserver l’héritage somalien. Sada Mire est une archéologue mondialement reconnu avec de nombreuses découvertes remarquables comme les peintures rupestres préhistoriques de Dhambalin, mais aussi la mosquée Masjid al-Qiblatayn de Zeila, soit la plus vieille construite en Somalie, elle est datée du 7ème siècle ap. J.-C., elle aurait été construite par le prophète Mahomet durant son voyage vers Aksoum (Ethiopie).

Sada Mire montrant des peintures préhistoriques

La mosquée Masjid al-Qiblatayn de Zeila (Somalie)

Sada Mire, aujourd’hui, poursuit ses recherches sur l’histoire somalienne et africaine.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *