Les Algues, des végétaux fascinant entre Terre et Mer

Définition générale

Une algue (en latin Alga) est un organisme végétal eucaryote (dont les cellules possèdent un noyau) chlorophyllien, aquatique ou terrestre.

Les algues sont généralement composées de trois parties :

  1. La fronde est la partie dressée de l’algue (partie supérieure de l’algue).
  2. Le stipe est une « fausse tige » reliant la fronde au crampon.
  3. Le crampon est le pied de l’algue, il permet son accroche à un rocher par exemple.
    • Cet ensemble est appelé le thalle de l’algue.
Photo prise au Trez-Hir (Plougonvelin) le 20 octobre 2016, par Julien Hageaux, Appareil Photographique : Canon EOS 600D

Photo prise au Trez-Hir (Plougonvelin) le 20 octobre 2016, par Julien Hageaux, Appareil Photographique : Canon EOS 600D

En France, c’est en Bretagne que l’on retrouve la plus grande diversité d’algues avec environ 670 espèces répertoriées.
Les algues peuvent être de taille et de forme différente. Les plus grands spécimens français peuvent atteindre 4 à 5 mètres de long.
Les algues, en particulier le phytoplancton produisent 50% de l’oxygène de notre Terre.

Biologie, caractéristiques et classifications des algues

Classification des algues

Autrefois placées dans le groupe des Thallophytes avec les champignons, avec pour principale critère qu’elle ne possédait ni fleur et ni feuille, les algues se divisent en 11 groupes dans la classification phylogénétique. Voici les plus connus :

Les chlorophytes ou algues vertes sont marines et présentes dans les eaux douces
Les phaeophytes ou algues brunes
Les rhodophytes ou algues rouges
Les charophytes, elles sont en surface et peuvent recouvrir des mares ou des ruisseaux peu profonds.
Les diatomées et les chrysophytes forment la majeure partie du phytoplancton
Les euglenophytes sont des algues aquatiques unicellulaires.
Les lichens sont des algues terrestres associées à des champignons :
– Corticoles : se développant sur des écorces d’arbres (troncs d’arbres, branches, …)
– Saxicoles : se développant sur la pierre (rochers, murets, …)
– Terricoles : se développant sur ou dans la terre (pelouses, landes, sentiers, etc.)

Les trois groupes majoritaires - Photo prise à Trégana (Locmaria-Plouzané), le 20 octobre 2016, par Julien Hageaux, avec l'appareil photographique Canon EOS 600D

Les trois groupes majoritaires – Photo prise à Trégana (Locmaria-Plouzané), le 20 octobre 2016, par Julien Hageaux, appareil photographique : Canon EOS 600D

Et les algues bleues….qui n’en sont pas !

Les Cyanobactéries, appelées également Algues Bleues, sont souvent associées aux algues à cause des efflorescences bleues qu’elles provoquent à la surface de l’eau. Cependant, leur cellule ne contenant pas de noyau, les Cyanobactéries ne sont pas considérées comme des algues et sont donc classés parmi les bactéries. Elles sont à l’origine de la végétation sous-marine et terrestre il y a 2,8 milliards d’années.

Biologie : points communs et différences avec les plantes terrestres

Reproduction

Les algues se différencient des plantes terrestres, par l’absence de véritables tige, racine feuilles et fleurs. Leur reproduction, devant s ‘effectuer nécessairement sous l’eau, alterne les voies sexuée (les individus mâles et femelles émettent des gamètes, qui, après fécondation, donneront un nouvel individu) et asexuée (l’algue émet un spore qui donnera naissance à un nouvel individu sans passer par la fécondation).

La photosynthèse

Pour se nourrir, les algues utilisent la photosynthèse comme les plantes terrestres. La lumière peut-être captée par n’importe quelle partie de l’algue à l’inverse des plantes terrestres qui doivent développer des feuilles. L’ascophylle (latin : Ascophyllum nodosum) appelée couramment Goémon Noir développe des petites vésicules remplies de gaz qui permet à l’algue de se dresser vers la surface pour mieux capter la lumière. De même, on peut connaître l’âge d’une algue en comptant le nombre de vésicules sur une de ses frondes, à savoir qu’elle fabrique une vésicule tous les ans.

Si les algues nous apparaissent de différentes couleurs, elles ont cependant toutes de la chlorophylle, pigment principal de la photosynthèse. Cette chlorophylle est masquée par les autres pigments qui donnent leur couleur aux algues brunes et rouges.

 

De quelques usages des algues

La sédimentation des algues

Ils existent plusieurs formes de sédimentation d’algues, parmi lesquels celle des diatomées. À leur mort, leur paroi externe (en silice) sédimente et forme une roche que l’on appelle la « terre de diatomées ». Cette terre est utilisée comme abrasif, additif dans les décapants, dans les huiles décolorantes et désodorisantes, et dans les engrais. Elles sont aussi utilisées dans les filtres des piscines, mais aussi comme un additif pour accroître la visibilité nocturne notamment dans les plaques d’immatriculation.
De même, les coccolithes (parois calcaires des coccolithophoridés ) sédimentent et forment des falaises calcaires.

Le ramassage des algues

Les algues laminaires rentrent dans la composition de certains produits alimentaires. Le système de récolte des goémoniers consiste en un scoubidou qui, sous l’action d’une grue hydraulique, s’enroule autour des algues et les décrochent. Il faut des licences pour pouvoir récolter les laminaires (le plus grand champ est le Finistère Nord). La saison de récolte se déroule sur cinq mois environ, entre le 15 mai et prend fin le 1er octobre. En Bretagne, une cinquantaine de bateau ramasse 50 000 tonnes de laminaires par an. Les algues se récoltent aussi sur l’estran.

Goémonier remontant son scoubidou

Goémonier en action avec son scoubidou

Avant les goémoniers, les algues étaient ramassés à l’aide d’une grande faucille appelé la guillotine. De plus, les algues sont toujours ramassées à la main sur les rivages.

Produits à base d’algues, traitements et transformations

Pendant longtemps les algues ont servi d’engrais et de combustibles. Au 19ème siècle, elles sont utilisées dans l’industrie chimique. Le processus consistait à les faire sécher puis à les brûler dans des « fours à goémons », pour en extraire l’iode, qui est un désinfectant.
Aujourd’hui, les algues sont plutôt utilisés dans les secteurs de l’agroalimentaire et de la cosmétique.

Dans le secteur alimentaire, elles sont présentes dans l’ensemble des produits de type yaourt et glace, incorporées comme gélifiant afin d’apporter une texture sans goût particulier mais une consistance qui rend le produit agréable en bouche. Cette vertu gélifiante des algues est incarnée par l’agar-agar, qui permet de se passer de la gélatine notamment dans la conception des desserts. Le sushi, lui, incorpore une algue dans sa composition à la fois en décoration, pour tenir la garniture de riz, et pour offrir un goût particulier. La Chine est le premier producteur mondial d’algues, notamment le wakame (la laminaire japonaise) pour la consommation.

Les algues bioluminescentes permettent pour leur part de créer des lampes, mais aussi les plaques d’immatriculation des véhicules, en entrant dans la composition chimique du dispositif réfléchissant comme dans les gilets de sécurité routière par exemple.
N’oublions pas que les algues sont couramment utilisées en médecine aussi bien chimique que naturelle.

Dans ce monde qui se veut de plus en plus écologiquement responsable, le biocarburant incorpore dans sa composition des algues.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *