Discours et image de la Femme (3)

Avec le XVIIème siècle, dans la continuité de la Renaissance, se développe progressivement une théorisation savante du corps et de l’intellect féminin. Cette théorisation tend à placer l’homme (au sens masculin du terme) en tant que seul sujet pensant, pouvant étudier et comprendre le monde. Des contestations se font entendre de la part de femmes, notamment à travers leur propres travaux. C’est par exemple le cas de Marie Meurdrac (1610-1680), qui publie en 1660 un livre de « Chymie charitable et facile pour les femmes ». Dans la préface, elle expose l’idée qu’elle se faisait d’elle-même en tant que femme exclue du champ de la production des savoirs par les hommes :

« je m’objectois à moy-mesme que ce n’estoit pas la profession d’une femme d’enseigner, qu’elle doit demeurer dans le silence, écouter et apprendre, sans témoigner qu’elle sçait : qu’il est au dessus d’elle de donner un Ouvrage au public et que, la réputation n’est pas d’ordinaire avantageuse, puisque les hommes méprisent & blasment toujours les productions qui partent de l’esprit d’une femme. »

Elle avance également sa légitimité en se plaçant dans le débat de la sexuation du corps et de l’âme de son époque :

« […] Les Esprits n’ont point de sexe, & que si ceux des femmes estoient cultivez comme ceux des hommes, & que l’on employast autant de temps & de dépense à les instruire, ils pourroient les égaler : que nostre siècle a vu naistre des femmes qui pour la Prose, la Poësie, les Langues, la Philosophie, & le gouvernement mesme de l’Estat, ne cedent en rien à la suffisance, & à la capacité des hommes ».

L’ouvrage de Marie Meurdrac, contenant des recettes de cosmétiques, connaîtra 12 éditions, 5 françaises, 6 allemandes et 1 italiennes, entre 1666 et 1738.

D’autres seront cependant moins reconnues. C’est le cas par exemple de Martine Bertereau de Beausoleil (1590-1642), travaillant sur la recherche des mines avec son mari. Lors d’une prospection en Bretagne en 1627, leur matériel est confisqué par un prévôt de Morlaix, qui les accuse de sorcellerie, au motif que « il n’est pas possible de découvrir des mines et en général les choses cachées sous terre sans le secours des démons ». Emprisonnés puis relaxés, le couple continue tant bien que mal ses recherches, sous la protection du marquis d’Effiat, alors surintendant général des finances et des mines de Louis XIII, à qui Martine dédicace en 1632 son ouvrage intitulé « Véritable déclaration de la descouverte des mines et minières de France ». Dans les premières pages, l’auteure fait valoir son droit et sa capacité à mener à bien son projet de science, au même titre que les hommes, pour qui l’activité des femmes se réduit aux tâches du foyer :

« Plusieurs me jugeront plutôt capable de l’économie d’une maison que de faire creuser des montagnes […]. Opinion pardonnable à ceux qui n’ont pas lu les histoires anciennes, où il se voit que les femmes ont été non seulement très belliqueuses, vaillantes et courageuses aux armes, mais encore très doctes en la philosophie, et qu’elles ont enseigné aux Ecoles publiques parmi les Grecs et les Romains »

Elle adresse également, cherchant des financements, sa « Restitution de Pluton » au cardinal de Richelieu, véritable catalogue des mines françaises. Dans des circonstances politiques floues (le fils du marquis d’ Effiat, favori de Richelieu aurait été arrêté suite à un complot mené contre le cardinal, ce qui aurait conduit à son exécution), le couple est à nouveau arrêté et emprisonné à la Bastille.

Des hommes contestent également cette supposée incapacité (et infériorité) des femmes à faire des sciences et tout effort intellectuel en général. Certains d’entre eux prennent l’argument de l’égalité des sexes. C’est par exemple ce qu’écrit le philosophe François Poulain de la Barre (1647-1725), dans ses ouvrages « De l’égalité des sexes » et « De l’éducation des dames pour la conduite de l’esprit des sciences et dans les moeurs » publiés respectivement en 1673 1674. Pour lui, l’infériorité intellectuelle (et totale) des femmes se place dans un tradition de pensée qu’il faut réformer :

« La tradition aussi ancienne soit-elle, et même partagée par une majorité de savants, ne constitue pas un argument »

D’autre part, il avance que la supposée infériorité « naturelle » des femmes est construite sur le fait que la société leur donne un statut inférieur. Autrement dit, la société naturalise sa propre structure et maintient ses composantes dans leurs états respectifs sous couvert que ces états ou classes sociales sont naturels :

« Du fait que les femmes ont un statut inférieur, on déduit qu’elles doivent par nature être inférieures, et on s’appuie sur cette inférence erronée pour les maintenir dans cette situation »

Les philosophes qui suivent ces idées, tels Helvétius, Condorcet ou encore Diderot sur certains aspects, côtoient eux-même des femmes dans les lieux de débats, d’échanges et de production des savoirs que sont les salons. Tenus par des femmes, ces espaces permettent au femmes de s’exprimer sur les sujets savants. C’est le cas d’Emilie du Châtelet (1706-1749). Très proche de Voltaire, elle contribue à la diffusion des idées de Newton en France. Elle publie plusieurs ouvrages parmi lesquels les « Institutions de Physique » (1740), « Dissertation sur la nature et la propagation du feu » (1744), et « Doutes sur la religion révélée », publié après sa mort, en 1792. Cependant, certaines de ses publications ne sont pas diffusées à son nom : c’est le cas par exemple des « Principia » de Newton, publiées au nom de Voltaire bien que traduites par Emilie du Châtelet. On peut même penser que le philosophe eût été surpris qu’une femme puisse réaliser de tels travaux, si l’on en crois l’ « Epitre à Uranie » qu’il lui adresse :

« Des grâces vous avez la figure légère

D’une muse l’esprit, le cœur d’une bergère

Mais que vous servent tant d’appâs ?

Quoi ! De si belles mains pour toucher un compas,

Ou pour pointer une lunette?

[…]

Non, la main de Vénus est faite

Pour toucher le luth des amours

Et des beaux yeux doivent eux-même

Etre nos astres ici bas

Laissez donc là tous ses systèmes

Sources d’erreurs et de débats

Et, choisissant l’amour pour maître

Jouissez au lieu de connaître »

On peut y voir le système de valeurs attribuées « naturellement » aux femmes : délicatesse, douceur, amour et sensibilité, en opposition avec les valeurs (et objets!) réservées aux hommes. Pour Diderot, co-auteur de l’Encyclopédie, ce système de valeurs sont un moyen d’enfermer la femme dans un infériorité physique et morale, comme il l’indique dans son ouvrage paru en 1722 « Sur les Femmes » :

« Car avec la grâce qu’on lui accorde vont aller la constitution délicate, la tendance excessive, un pouvoir de sentiment sur la raison qui l’affaiblit, des nerfs fragiles impropres à mener un travail de recherche ».

Cependant, l’Encyclopédie elle même tient présente un paradoxe sur le sujet : si les savoirs sont présentés sous forme d’allégories exclusivement féminines, l’article « Femme » comporte des passages contradictoires : d’un côté la femme est réduite à son sexe (d’ailleurs le mot désigne intégralement et exclusivement les femmes. Voir article « Sexe » dans l’Encyclopédie), et de l’autre se pose la question de la capacité des femmes en politique et en sciences, ainsi que leur éducation. Néanmoins, le discours est majoritairement axé sur un infériorité « naturelle » confinant La femme au foyer.

Celle-ci se base sur la différence de constitution physique, qui va de paire avec une différence intellectuelle :

« cette moitié du genre humain, comparée physiquement à l’autre, lui est supérieure en agrémens, inférieure en force. La rondeur des formes, la finesse des traits, l’éclat du teint, voilà ses attributs distinctifs. […] S’il est vrai que de la foiblesse naît la timidité, de la timidité naît la finesse, & de la finesse naît la fausseté, il faut conclure que la vérité est bien estimable dans les femme »

Cette différence est présentée comme nécessaire à l’harmonie « naturelle » (divine et de ce fait indiscutable) du couple humain, qui semble être la finalité des deux sexes :

« Distingués par des inégalités, les deux sexes ont des avantages presque égaux. La nature a mis d’un côté la force & la majesté, le courage & la raison ; de l’autre, les graces & la beauté, la finesse et le sentiment. […] ce qui est agrément dans un sexe est défaut ou difformité dans l’autre. Les différences de la nature devoient en mettre dans l’éducation ; c’est la main du statuaire qui pouvoit donner tant de prix à un morceau d’argile.»

Pareil discours perdurera durant le XVIIIème siècle, notamment à travers le discours médical. L’exemple le plus parlant est le « Système physique et moral de la femme » publié en 1755 par le médecin Pierre Roussel. Celui-ci explique, ou plutôt décrit la mise en place de la différence entre l’homme et le femme suivant la croissance : si au départ, les deux sexes sembles proches dans l’enfance,

« L’homme et la femme aux premières années de leur vie, ne paraissent point au premier aspect, différer l’un de l’autre : ils ont à peut près le même air, la même délicatesse d’organe, la même allure, le même son de voix»

les différences s’installent pendant la puberté. Ces caractéristiques sont porteuses de valeurs qui seront intrinsèquement liées aux sexes :

« […] sa voix (celle de l’homme) devenue plus grave et plus forte, annonce en lui un surcroît de vigueur nécessaire au rôle qu’il va jouer ; la timidité de l’enfance a fait place à un instinct à braver les périls ; il ne craint rien, parce qu’un sang bouillant qui s’agite dans ses vaisseaux, et qui cherche à franchir les digues qui le retiennent, lui fait croire qu’il peut beaucoup. […] tout retrace en lui l’image de la force, et porte l’empreinte du sexe qu’il doit asservir et protéger l’autre »

La femme, « asservie et protégée » connaît quand à elle un arrêt de développement :

« La femme, en avançant vers la puberté semble s’éloigner moins que l’homme de sa condition primitive. Délicate et tendre, elle conserve toujours quelque chose du tempérament propre aux enfants. La texture de ses organes ne perd pas tout de sa mollesse originelle. […] « Les parties molles qui entrent dans la constitution de la femme, vaisseaux, nerfs, fibres charnues, tendineuses, ligamenteuses et le tissu cellulaire qui leur sert de lien commun, sont aussi marquées par des différences qui laissent entrevoir les fonctions auxquelles la femme est appelée, et l’état passif auquel la nature l’a destine ».

Eternelle enfant, La femme est en perpétuel apprentissage et ne doit pas tenter de se lancer dans quelque entreprise intellectuelle que ce soit, sous couvert de l’argument de sa fragilité de constitution :

« Il n’est pas douteux que cette faiblesse que nous avons dit caractériser les organes de la femme, ne lui interdise les efforts de cette contention d’esprit qui est nécessaire à l’étude des sciences abstraites, même pour s’y égarer.[…] son imagination, trop mobile, la rend peu propre aux arts qui dépendent de cette faculté de l’âme. Mais c’est de cette faiblesse que naissent ces sentiments doux et affectueux qui constituent le principal caractère de la femme »

L’instauration scientifique de l’incapacité naturelle (et donc divine) de La femme conduit à son exclusion, malgré les contestations, à la fois du domaine scientifique, mais également politique. Celles qui tenteront de mettre à bas cette construction scientifique se heurteront aux stéréotypes et aux rejets virulents produits par le discours savant, notamment aux lendemains de la Révolution.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *