Maria Winkelmann, l’astronome allemande

Maria Winkelmann est une astronome allemande, née à Leipzig le 25 février 1670 (située à l’époque dans le duché de Saxe). Son père est un pasteur qui croit en l’éducation des femmes, c’est donc lui qui lui donne ses premiers cours dès son plus jeune âge. Son oncle continue cet enseignement après la mort du père de Maria Winkelmann. Plus tard, elle décide de se spécialiser dans l’astronomie qu’elle affectionne particulièrement. Elle part étudier avec Christoph Arnold (1650-1695), un astronome autodidacte ayant lui aussi un parcourt un peu atypique, car il a commencé comme agriculteur. Très vite, elle passe du statut d’étudiante à celui d’assistante.

Grace à ce poste d’assistante, elle fait la rencontre d’autres savants renommés. C’est par exemple, le cas de Gottfried Kirch (1639-1710), lui aussi astronome. Avec lui Maria Winkelmann poursuit son enseignement de l’astronomie. Ils se marient en 1692. Elle est considérée comme étant son assistante, mais en réalité, ils travaillent en collaboration d’égal à égal. Parmi leurs travaux, on trouve plusieurs observations astronomiques menées pour la rédaction de calendrier, des tables astronomiques (tables utiliser pour déterminer la position des divers objets célestes tels que les planètes ou les étoiles) et même des cartes de navigation qui sont ensuite vendues par l’université. Une de ces observations, le 21 avril 1702, mène à la découverte par Maria Winkelmann d’une comète encore inconnue à l’époque (en réalité, elle a été repéré un jour auparavant par deux astronomes italiens : Francesco Bianchini et Giacome Filippo Maraldi).

Maria Winkelmann

Elle se retrouve néanmoins dépossédée de sa découverte par son mari, qui lui donne son nom (mais qui avoue quelques années plus tard l’avoir fait). L’une des possibles raisons à cela est qu’elle ne connaissait pas le latin et ne publiait ses recherches qu’en allemand, or la langue de la science était encore à l’époque le latin. Néanmoins, cela ne l’a pas empêché de connaitre une renommée certaine dans le milieu scientifique et certains de ses ouvrages sont encore considérés aujourd’hui comme des œuvres majeures de l’astronomie.

Après la mort de son mari en 1710, elle tente de reprendre son poste d’astronome et de concepteur de calendrier et carte de ce dernier à l’Académie Royale des Sciences de Berlin, mais le poste lui est d’abord refusé. Elle est finalement acceptée après que le remplaçant choisit se révèle incapable de fournir le travail demandé. Parallèlement, elle continue son travail de recherche, et publie de nouveaux ouvrages sur les comètes ainsi que sur les planètes du système solaire. En 1912, elle travaille dans l’observatoire d’un de ses ami, Bernhard Friedrich, un baron. Elle enseigne aussi à ses quatre enfants, un garçon et trois filles, l’astronomie, afin qu’eux aussi deviennent astronome. Son fils, Christfried Kirch devient en 1716 directeur de l’Observatoire de l’Académie Royale de Berlin. Il prend pour assistantes, sa mère ainsi que sa sœur Christine. Néanmoins, Maria Winkelmann est forcée de prendre sa retraite par des membres de l’académie qui trouvent inacceptable qu’elle prenne trop de place dans les recherches de son fils.

Suite à cet événement, elle arrête définitivement l’astronomie et décède le 29 décembre 1720 à Berlin.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *