Rosalind Franklin, la grande oubliée du Prix Nobel de 1962

Rosalind Franklin (1920-1958) est l’exemple parfait du travail féminin non reconnu. Pourtant son nom devrait trôner dans tous les livres de biologie. Cette femme est une biologiste moléculaire britannique. Elle a participé de manière active dans la découverte de la structure de l’ADN (acide désoxyribonucléique). En 1962, le prix Nobel est décerné à ses trois collègues, tous des hommes pour les travaux ayant conduit à la découverte de l’ADN.

Rosalind Elsie Franklin est née le 25 juillet 1920 à Notting Hill, un quartier de Londres. Fille d’une riche famille bourgeoise juive, son père est un marchand londonien, Ellis Arthur Franklin (1894-1964), et sa mère se dénomme Muriel Frances Waley (1894-1976). Elle est le deuxième enfant d’une fratrie de cinq enfants du couple. Rosalind Franklin fait parti d’une riche famille influente financièrement et politiquement. Très tôt dans le milieu scolaire, elle montre une très importante capacité de travail et d’apprentissage. A l’age de six ans, elle intègre la Norland Place School, une école privée. A l’age de onze ans, elle rentre dans l’école de filles de Saint Paul dans l’ouest de la ville de Londres. C’est une des rares écoles à enseigner la physique et la chimie aux filles. En 1938, elle obtient son baccalauréat anglais, où elle gagne une bourse d’études pour l’université. Par la suite, Rosalind Franklin poursuit ses études à Newnham College à Cambridge en 1938. En 1941, elle réussit à nouveau l’examen final. A Cambridge, elle fait la rencontre dans sa dernière année d’études, d’Adrienne Weill, un réfugié français et ancien élève de Marie Curie. Il a eu une grande influence sur la vie et la carrière de Franklin. En 1945, à Cambridge, elle obtient un doctorat en physique-chimie.

Sa carrière scientifique professionnelle commence en France de 1947 à 1950, où elle y travaille pour le Laboratoire central des services chimiques de l’Etat. Elle apprend durant son séjour en France la technique de la diffractométrie de rayons X, il s’agit d’une technique de base pour caractériser les matériaux pour connaitre l’ensemble de leurs phases minérales.

La plus grande réussite et le plus grand oubli de Rosalind Franklin ont eu lieu au King’s College au Royaume-Uni. En 1951, elle intègre un poste au King’s College. Elle se sert de ses apprentissages en France sur la diffraction des minéraux pour les appliquer à l’étude des matériaux biologiques. Et ses travaux se portent sur la radiographie aux rayons X de la structure de l’ADN. A son insu, ses travaux sont montrées par Maurice Wilkins (1916-2004, physicien) à James Dewey Watson (né en 1928, généticien et biochimiste). Les clichés réalisés par Rosalind Franklin permettent de mettre  en avant la structure en double hélice de l’ADN découvert grâce aux travaux de Franklin par James Dewey Watson et Francis Crick (1916-2004, biologiste), en 1953. Par ce travail dans le dos de Rosalind Franklin, Watson, Wilkins et Crick obtiennent en 1962, le prix Nobel de médecine, tous sauf elle, pourtant à l’origine de cette découverte majeure. Certes le prix Nobel ne peut pas être décerné à titre posthume, mais lors du discours à la remise du prix, ni Watson et ni Crick ne parlent ou ne rendent un hommage à cette imminente femme scientifique, qui leur a permis de découvrir la structure en doublé hélice de l’ADN. Seul Wilkins, celui à l’origine du vol de ses travaux, prononce son nom dans son discours, en mentionnant sa contribution précieuse. Devenue un symbole féministe, Rosalind Franklin, fait parti de ces femmes qui ont tant contribué à la science, mais qui restent dans l’ombre et le succès des hommes scientifiques.

En 1953, Rosalind Franklin a quitté le King’s College pour rejoindre le Birkbeck College. Elle y travaille jusqu’à sa mort.

En effet, elle meurt des suites d’un cancer de l’ovaire en 1958, à l’âge seulement de 37 ans. La principale cause de son cancer est mis au crédit de la surexposition aux radiations.

En 2008, elle reçoit à titre posthume le prix Louisa Gross Horwitz, qui est un prix scientifique pour récompenser un apport d’une contribution remarquable d’un scientifique à la recherche en biologie et en biochimie.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *