La primatologue lituanienne, Birutė Galdikas

Birutė Galdikas est une anthropologue, primatologue et éthologue lituanienne. Elle enseigne aujourd’hui à l’Université Simon Fraser au Canada, et est reconnue comme la plus grande primatologue spécialiste des orangs-outans. Elle fait partie du trio de spécialistes qui ont été appelés pour l’étude des Grands singes par Louis Leakey.

resize_800x500_img_7126

Galdikas reçoit en 2011 une récompense des mains de la présidente lituanienne, Grybauskaitė (site).

Birutė Marija Filomena Galdikas est née en Allemagne en 1946. Ses parents Antanas Galdikas et Filomena Galdikas ont eu quatre enfants dont Birutė Galdikas est l’aînée. En 1948, la famille fuit l’Europe après avoir quitté la Lituanie en 1946. La reprise soviétique après la défaite de l’Allemagne Nazie a poussé les parents de Birutė Galdikas à s’installer en Allemagne. Durant l’année de 1948, Antanas Galdikas signe un contrat pour travailler dans les mines de cuivre au Québec, et s’installe avec sa famille au Canada, à Toronto. Dès son plus jeune âge, Birutė Galdikas s’intéresse aux lieux, végétaux et animaux exotiques, particulièrement aux singes. Pendant ses études scolaires, elle lit dans la revue National Geographic les différents travaux effectués par Jane Goodall (née en 1934) et Dian Fossey (1932-1985). En 1962, elle déménage à nouveau avec sa famille à Vancouver puis en Californie. Inscrite à l’Université de Californie à Los Angeles, elle y étudie la psychologie, l’archéologie et l’anthropologie. Elle est diplômée en 1966 d’un baccalauréat en psychologie et en zoologie et poursuit ses études en commençant une maîtrise d’anthropologie la même année, qu’elle soutiendra en 1969. C’est au cours de cette maîtrise, que Louis Leakey (1903-1972) et Birutė Galdikas se rencontrent. Louis Leakey et la National Geographic Society avaient convenu préalablement des travaux pour Jane Goodall et Dian Fossey. Pour Birutė Galdikas, ils voulaient établir un centre de recherche sur l’île de Bornéo en Indonésie pour pouvoir étudier les orangs-outans.

leakeys-angels

Le groupe des Trimates (de gauche à droite) : Birutė Galdikas, Jane Goodall et Dian Fossey – Photo issue de la revue National Geographic (Inkchroma)

Au tout début, Louis Leakey n’était pas intéressé par la proposition d’étude de Birutė Galdikas autour des orangs-outans. Pendant trois années, elle a cherché à convaincre Leakey, qui finalement choisit de la suivre et cherche des financements pour un projet à Bornéo. C’est en 1971, que Birutė Galdikas et son mari de l’époque, Rod Brindamour, un photographe, partent pour un des endroits les plus sauvages du monde, Tanjung Puting, une réserve sauvage sur l’île de Bornéo. L’orang-outan est un singe qu’on définissait avant son départ comme impossible à approcher. Le long travail de Birutė Galdikas lui permet de se rapprocher de ces singes, à première vue très méfiants. Ses travaux permettent de mettre en lumière des terres inhospitalières, inconnues à l’époque. Le sujet de sa thèse est celui de son étude sur le terrain, qu’elle soutient et obtient en 1978. Elle est désormais doctorante en anthropologie. Elle fonde en 1986, la fondation internationale des Orangs-Outans (OFI).

screen-shot-2011-12-19-at-8-03-52-pm

Galdikas à Bornéo avec des orangs-outans (Inkchroma)

Birutė Galdikas mène un véritable combat pour la défense de ces grands singes que sont les orangs-outans. Elle les défend face à la déforestation des terres au profit de plantations de palmiers à huile , face aux braconniers également. Par sa longue étude des orangs-outans, elle apporte de nombreuses observations et connaissances sur ces singes. Elle a observée plus de 400 types d’aliments dans le régime alimentaire des orangs-outans. Elle décrit la reproduction et montre une organisation sociale chez ces singes. Mais surtout, Birutė Galdikas a pu petit à petit opérer un rapprochement avec ces primates. Elle crée plusieurs organisations notamment au Royaume-Uni, en Australie et en Indonésie. En Lituanie, les travaux de Birutė Galdikas permettent une évolution des mentalités. La banque Ukio Bank soutient son travail et agit pour accroître la sensibilisation pour la conservation en Lituanie.

a33a942f5ee33c34a929c03a0f715a3c

Plus qu’une passion, plus qu’un métier, une vie entière pour la scientifique lituano-canadienne. Sur cette photographie, elle est avec un orang-outan à Bornéo (Indonésie). (Inkchroma)

En 1995, Birutė Galdikas est décorée Officier de l’Ordre du Canada, et reçoit cours d’un séjour en Lituanie en 2011, le titre de l’Ordre du Mérite de Lituanie des mains de la présidente lituanienne Dalia Grybauskaité.  Ses travaux sont reconnus mondialement. Elle reçoit en 1997, le prix Kalpataru, plus haute distinction décernée en Indonésie, (c’est la première femme étrangère à obtenir ce prestigieux prix) et le prix Tyler pour ses travaux environnementaux.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *