Sibylla Merian, naturaliste voyageuse oubliée

Portrait se Sibylla Merian (1679)

Portrait de Sibylla Merian (1679)

Née à Francfort-sur-le-Main en 1647, Sibylla Merian grandi dans une famille d’artistes. Son père, Matthaüs Merian est graveur et éditeur. À la mort de celui-ci en 1650, sa femme, Johanna Sibylla Heim épouse le peintre Jacob Marrel (1614-1681), qui encourage Sibylla à peindre et la forme aux techniques artistiques. Celle-ci développe une certaine maîtrise de la peinture, du dessin et de la gravure ainsi qu’un goût pour les insectes. Adolescente, elle se procure des vers à soie qu’elle élève tout en notant leur régime alimentaire et leurs différentes phases de développement, notamment, ce qui l’intéresse le plus, le moment de leur métamorphose. À 18 ans, elle épouse un peintre de Nuremberg, Johann Andrea Graff et enseigne la peinture et la broderie de 1665 à 1670 sans perdre de vue son étude des insectes. Après cinq ans d’observation, elle publie son travail sous forme de trois ouvrages. Deux de ces volumes traitent des insectes. Le deuxième, intitulé « Der Raupen wunderbare Verwandlung und sonderbare Blumen-nahrung » (La chenille, merveilleuse transformation et étrange nourriture florale) publié en 1679 contient 50 gravures d’insectes associées à la plante sur laquelle ils vivent et dont ils se nourrissent, accompagnés de leurs stades de développements et de la durée de ceux-ci.

der_rupsen_begin_voedzel-2 der_rupsen_begin_voedzel
Deux planches de l’ouvrage Der Raupen wunderbare Verwandlung und sonderbare Blumen-nahrung (édition de 1730).

Cette édition est accessible ici (BNF)

Sibylla Merian met ainsi en avant l’idée, sans toutefois parler de cycle de vie, que les chenilles se développent à partir d’oeufs et se transforment en insectes qui à leur tour iront pondre sur une plante.

Cela s’oppose à l’époque, à la théorie de la génération spontanée selon laquelle la matière, et concernant les insectes, la matière en décomposition et la saleté, produit spontanément de la vie. Sibylla Merian a par ailleurs pu avoir accès aux travaux de Redi et Thomas Moufet, sur la génération spontanée et les insectes. Divorcée en 1691, Elle part s’installer avec sa mère et ses deux filles à Amsterdam. Là, en développant des contacts avec la sphère savante, elle parvient à accéder à des collections naturalistes privées et publiques, notamment de coquillages et d’insectes, ainsi qu’à des travaux entomologiques, dont ceux de Van Leeuwenhoek (1632-1723), un savant néerlandais opposé à la génération spontanée et connu pour avoir mis en évidence les cellules et amélioré le microscope. En 1699, la ville d’Amsterdam lui octroie une bourse lui permettant de financer un voyage au Suriname, alors colonie néerlandaise, dans le but de réaliser un ouvrage sur la flore et les insectes. C’est ainsi la première femme naturaliste à partir en Amérique. Après presque deux ans de séjour (21 mois) elle doit rentrer à Amsterdam, souffrant de la malaria. Elle publiera en 1705 son ouvrage le plus important, « Metamorphosis Insectorum Surinamensium », comportant 60 gravures montrant les stades de développement de plusieurs espèces d’insectes, ainsi que des figurations d’espèces de batraciens, araignées, vers et reptiles.

illustrations_de_veranderingen_der_surinaemsche_grenadier illustrations_de_veranderingen_der_surinaemsche_ananas
Deux planches issues du Metamorphosis Insectorum Surinamensium (1719). L’ensemble des planches de l’ouvrage est accessible ici (BNF)

Sibylla Merian dit avoir gardé les noms indiens des animaux, lesquels seront accompagnés de leur nom latin lors de la publication de l’ouvrage. Par ailleurs, bien que sans jamais les nommer, elle évoque l’aide des esclaves et des indiens locaux pour trouver les animaux et les observer. Elle bénéficie donc du savoir direct des populations locales, bien qu’elles soient dominées par les hollandais.

Cependant, le travail de la naturaliste est plus considéré pour son aspect artistique que scientifique. Le fait que son premier travail sur les chenilles soit écrit en allemand et non en latin, l’éloigne de la sphère savante, bien que la faisant connaître, quand des savants lui reprochent une prétendue inexactitude dans le dessin, d’autres ne trouvent que son travail ne vaut que par son aspect esthétique. D’ailleurs ses œuvres deviennent des références non pas dans les sciences mais dans les arts décoratifs. Paradoxalement, Sibylla Merian est citée par Karl von Linné (1707-1778), naturaliste systématicien du XVIIIème siècle dans son Systema Naturae, ouvrage de classification du monde vivant. Quand à son travail sur la faune entomologique du Suriname, même s’il est rédigé en latin, c’est encore en tant qu’objet esthétique qu’il retient l’attention. C’est seulement à la fin du XIXième siècle que le caractère scientifique des travaux de Sibylla Merian sera reconnu.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *