Sophia Brahe, astronome et horticultrice.

Sophia Brahe née le 22 septembre 1556 ou le 24 aout 1559 est une, astronome, chimiste horticultrice, généalogiste et femme de lettres d’origine danoise. C’est la sœur de Tycho Brahe, le célèbre astronome connu pour ses observations de supernova ou de comètes mais également pour ses inventions en matière d’outils astronomiques. Elle est issue de l’une des plus importantes familles nobles du Danemark et reçoit à ce titre une éducation littéraire avec notamment un apprentissage du latin. Son frère lui enseigne également des notions d’horticulture et de chimie, mais elle apprend l’astronomie par elle-même se servant de sa connaissance de l’allemand et du latin. Elle assistera par ailleurs Tycho Brahe dans certaines de ses expériences et notamment lors de l’éclipse solaire lunaire de 1573.

Sophie Brahe, gravure du début du XXe siècle de Hans Peter Hansen selon une peinture à l'huile d'époque

Sophie Brahe, gravure du début du XXe siècle de Hans Peter Hansen selon une peinture à l’huile d’époque

Elle se met à l’horticulture en 1588 à la mort de son mari Otte Thott (1543-1588) et créé un jardin dans sa propriété de Eriksholm qui devient rapidement l’un des plus réputés de l’Europe du nord. Associé à ce jardin, elle fait construire un laboratoire de chimie où elle fabrique des médicaments à la manière de l’iatrochimie, ancêtre de la pharmacopée (l’utilisation des plantes dans un but thérapeutique) qu’elle destine à ses proches mais également aux personnes sans ressources. Elle se lance également dans l’élaboration d’une généalogie des grandes familles nobles scandinaves qu’elle achèvera en 1626. Cette œuvre restera pendant très longtemps réputée car faite avec une méthodologie rigoureuse et une utilisation des sources toute aussi précise.

Elle est proche de son frère qu’elle visite régulièrement dans son laboratoire nommé Uraniborg sur l’ile de Sven. En effet l’un comme l’autre sont mal perçus par leur famille qui considère leurs activités scientifiques comme inappropriée à leur rang. Elle intégre également le cercle humaniste danois dont elle devient l’un des principaux représentants. C’est via son frère qu’elle rencontre en 1589 Erik Lange, lui aussi scientifique, qui s’intéresse notamment à l’alchimie. Ils se fiancent mais les dettes importantes de Lange font qu’il doit fuir pour l’Allemagne en 1592. Finalement ils se marient tout de même en 1602 et le reste jusqu’en 1613 à la mort de Erik Lange. Elle s’installe la même année à Elseneur au Danemark, où, comme à Eriksholm, elle installe un jardin botanique et un laboratoire. Elle poursuit ainsi ses travaux en chimie. Elle y décède en 1643.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *