Emmy Noether, les difficultés de l’enseignement

Amalie Emmy Noether, née le 23 mars 1882, est une mathématicienne, originaire d’Allemagne. Son père avant elle, était également un mathématicien, il a laissé à la postérité plusieurs théorèmes, tel que celui de Brill-Noether ou celui de Max Noether.

Emmy Noether a tout d’abord fait des études de langues en français et en anglais, elle obtient même l’examen d’enseignant en 1900, mais elle préfère continuer ses études et entre à l’université  d’Ergalen, où travaillait son père. Elle est l’une des deux seules femmes étudiantes à l’académie sur 986 élèves, l’université n’étant pas favorable à la mixité et à l’enseignement des femmes dans les études supérieures. Elle passe avec succès ses examens le 14 juillet 1903. A partir de 1904, après un court passage à l’université de Göttingen, où elle suit les cours de David Hilbert (1862-1943) et Felix Klein (1849-1925). Elle fait le choix de ne se concentrer que sur l’étude des mathématiques et écrit une thèse sous la direction de Paul Gordan (1837-1912) portant sur la construction du système de la forme ternaire quadratique, thèse qu’elle soutient en 1907.

Elle va enseigner bénévolement de 1908 à 1915 à l’université d’Ergalen et en profite pour compléter sa thèse. C’est en 1915 que David Hilbert et Felix Klein l’invitent à venir enseigner à l’université de Göttingen. Ils doivent faire face à l’hostilité de leurs collègues philosophes et historiens qui voient d’un mauvais œil l’arrivée d’une femme comme enseignante. Emmy Noether n’a cependant pas de poste officiel (elle est seulement considérée comme assistante d’Hillbert) et encore moins de rémunération pour son travail. Néanmoins, elle prouve ses capacités en énonçant peu après son arrivée son premier théorème connu sous le nom de théorème de Noether.

En 1919, elle obtient officiellement un poste d’enseignante au sein de l’université (mais n’est toujours pas rémunérée). C’est également à ce moment là qu’elle commence les travaux qui feront par la suite sa renommée comme mathématicienne avec notamment

Emmy Noether

Emmy Noether

plusieurs théorèmes fondateurs d’algèbre générale comme sa théorie des idéaux, où elle définit les idéaux à gauche et à droite dans un anneau ou encore sur des méthodes de conceptualisation abstraite. Certains mathématiciens comme Irving Kaplansky (1917-2006) vont même jusqu’à dire que ses travaux peuvent être qualifiés de révolutionnaires pour les mathématiques. En 1928, elle fait également un passage à l’université de Moscou où elle donne des cours et travaille aussi avec des mathématiciens russes tel que Pavel Alexandrov (1896-1982). Durant ce passage en URSS, elle montre des sympathies pour la révolution soviétique qui lui valent de nombreux problèmes à son retour en Allemagne.

Elle reçoit le prix Alfred Ackermann-Teubner avec Emil Artin (1898-1962) en 1932, pour l’ensemble de sa contribution aux mathématiques. Néanmoins elle est renvoyée de l’université l’année suivante avec l’arrivée d’Adolf Hitler (1889-1945) au pouvoir, car considérée comme trop proche du mouvement communiste. Suite à ce renvoi, elle part pour les Etats Unis, où elle est engagée à l’université de Bryn Mawr. Elle y reste 2 ans, jusqu’à son décès en 1935 dû à des complications post-opératoires après l’ablation d’une tumeur.

Malgré son décès à seulement 53 ans, Emmy Noether a marquée durablement l’histoire des mathématiques. Elle aura toute sa vie eu les plus grandes difficultés à faire valoir sa condition de femme scientifique, mais elle obtiendra finalement la reconnaissance de ses pairs pour son travail.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *