Irène Joliot-Curie, telle mère telle fille

Irène Joliot-Curie, née le 12 septembre 1897 est une physicienne et chimiste française. C’est la fille de Pierre et Marie Curie, eux même physiciens et chimistes récompensés par un prix Nobel pour leur travaux notamment pour la mise en évidence de deux nouveaux éléments : le polonium et le radium.

Irène Joliot-Curie

Photographie d’Irène Joliot-Curie

Elle fait ses premiers pas dans la science sur le front lors de la Première Guerre Mondiale avec sa mère qu’elle aide dans un service de radiographie. Elle est en charge de former les médecins à l’utilisation des appareils de radiographie. Après la fin de la guerre, elle continue son travail de formation et se lance également dans la recherche en devenant chef de travaux du laboratoire Curie, puis en reprenant les recherches menées par sa mère, à la mort de cette dernière. C’est par ailleurs à l’Institut du Radium qu’elle rencontre Frédéric Joliot (1900-1958) avec qui elle se mariera. A partir de 1929, le couple Joliot-Curie sur la radioactivité naturelle, recherche qui mènent en 1932 à la découverte du phénomène de projection de protons par un rayonnement encore inconnu.

Cette découverte permet à James Chadwick (1891-1974) de découvrir la même année le neutron. En 1934, ils parviennent à la création des premiers éléments radioactif artificiels avec le phosphore 30 et l’azote 13. Ils obtiennent pour cette découverte le prix Nobel de chimie en 1935. Irène Joliot-Curie entreprend également des recherches sur les isotopes radioactifs qui la mèneront, en 1938, à la découverte de la fission d’ atome.

Elle est nommée maître de conférence à la faculté des sciences de Paris en 1937, puis professeur à la chaire de Physique Générale et de Radioactivité dans cette même faculté en 1946. La même année, elle prend la direction du laboratoire Curie à l’Institut du radium, fonction déjà occupée par sa mère quelques années auparavant. En parallèle, elle supervise la création d’un nouvel institut avec des laboratoires plus modernes, équipés d’accélérateurs de particules, nécessaires à une étude poussée de l’atome.

En plus de sa carrière de scientifique, Irène Joliot-Curie a aussi eu une carrière politique. Elle est en effet appelée par Charles de Gaulle à siéger au nouveau Commissariat à l’Energie Atomique à partir de janvier 1946 aux côtés de son mari qui en est le directeur. Cet organisme est en charge de la gestion et de la recherche atomique aussi bien civile que militaire en France. Cependant elle et son mari en sont exclus en 1950, à cause de leur trop grande proximité avec le mouvement communiste.

Elle décède le 17 mars 1956 de la maladie qui a emporté sa mère, une leucémie. Une maladie qui est dûe à une importante exposition à la radioactivité tout au long de sa vie.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *