Marie Curie, la femme aux deux prix Nobel

Marie Skłodowska-Curie, née le 7 novembre 1867 à Varsovie (Pologne) est une chimiste et physicienne connue notamment pour ses travaux sur le polonium et le radium. Elle se voit décerner le prix Nobel de chimie en 1903 (partagé avec son époux Pierre Curie (1859-1906) et le physicien Henri becquerel) et une seconde fois en physique (1911) en remerciement de ses découvertes sur l’uranium, le radium et le polonium. Ces recherches ont conduit par la suite à de nombreuses découvertes sur la radioactivité et notamment par sa fille et son gendre Irène (1897-1956) et Frédéric Joliot-Curie (1900-1958) qui recevront eux aussi un prix Nobel de chimie pour leur travaux.

Marie Curie vers 1920

Marie Curie vers 1920

Ses travaux la conduisent à deux grandes découvertes. La première est que la radioactivité n’est pas une propriété chimique mais physique et la seconde, plus importante, est la découverte du radium et du polonium, deux éléments chimique encore inconnu jusqu’à lors. Si l’uranium était déjà connu depuis la fin du XVIIIème siècle, les époux Curie supposent qu’il existe un élément plus actif que l’uranium dans le pechblende (minerais dont est issue l’uranium). Grâce à l’élaboration d’un procédé permettant la séparation des éléments constituant le pechblende il détermine l’existence de deux élément encore inconnu qu’ils nomment radium et polonium.

En 1904 elle obtient le poste de chef de travaux de la chaire de physique, alors occupée par son mari à la faculté des sciences de Paris. Ce n’est qu’ après le décès de ce dernier qu’elle devient d’une part directrice de laboratoire universitaire mais également à partir de 1906 professeure à la Sorbonne (cependant elle n’est titulaire qu’à partir de 1908). Ce sont deux premières pour une femme en France. A partir de 1909 elle devient chercheur à l’institut du radium nouvellement créé qui à pour objectif de trouver des applications médicales à l’utilisation des rayon X. Elle participe aussi activement aux soins dans les hôpitaux proches du front durant la Seconde Guerre Mondiale dans les services de radiologie des armées. Elle mettra par ailleurs au point un système d’ambulances de radiologie mobiles pour soigner plus rapidement les blessés sur le front.

La proximité avec des éléments radioactifs pendant une grande partie de sa vie provoque l’apparition de nombreux problèmes de santé chez elle et au développement d’une leucémie. Elle comprend au fur et à mesure la responsabilité de cette exposition prolongée sur son état et détermine ainsi la dangerosité des rayon X sur la santé ce qui conduira par la suite au développement de meilleures protections pour les chercheurs. Marie Curie décède le 4 juillet 1934 à Passy (France).


Une réflexion au sujet de « Marie Curie, la femme aux deux prix Nobel »

  1. Ping : Jane Goodall, une passion pour les animaux naît de son enfance | L'alguier d'Agathe de Gourcuff

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *