Les algues au sein du monde vivant

Les êtres vivants ont des rapports différents avec les algues : prédateur, symbiose, mimétisme pour se protéger, ou bien utilisation particulière. Les algues représentent une ressource essentielle pour de nombreux organismes.

Le premier volet de cet article s’articulera autour de la prédation des algues dans plusieurs lieux. Le zooplancton est un prédateur naturel des micro-algues aussi bien dans les étangs que dans les milieux marins.

La prédation des algues

Dans les aquariums domestiques, les algues se développent et dans ce cas précis, les particuliers luttent contre celles-ci. Plusieurs espèces surnommées les « mangeurs d’algues » sont prisées, parmi celle-ci nous retrouvons dans les plus efficaces : la crevette d’Amano (Caridina multidentata), la crevette cerise, l’escargot zébré (Neritina Natalensis), le Barbu d’Odessa (Pethida padama) et le mangeur d’algues siamois (Crossocheilus oblongus). Dans le cas des aquariums professionnels comme Océanopolis, les oursins qui sont parmi les plus féroces prédateurs des algues, sont nourris par des légumes pour remplacer les algues du milieu naturel. Les légumes sont bien moins nutritifs que les algues. 
Dans le milieu naturel, beaucoup de coquillages et de crustacés sont friands des algues, comme le bernard l’Hermite (Paguroidea sp.) qui est connu pour être un détritivore (qui mange des éléments en décomposition),  et les bigorneaux (Littorina littorea sp.). Dans les prédateurs, nous trouvons aussi les lièvres de mer (Aplysia sp.), plus connus sous le nom de « limace de mer ». Les iguanes marins (Amblyrhynchus cristatus), les tortues de mer (Chelonioidea sp.), le poisson chirurgien (Acanthuridae sp.), la demoiselle bleue (Chrysiptera sp.), le hareng (Clupea harengus) ou bien encore le mormyre (Mormyridae). Revenons sur l’un d’entre eux, la demoiselle bleue est une espèce de poisson herbivore qui contribue à un équilibre des plantes marines en mangeant les algues parmi les coraux, permettant d’éviter la prolifération des algues et de favoriser la croissance des récifs coralliens. Le poisson-perroquet (Scaridae) ou « nettoyeur de coraux » présente la même similitude du régime alimentaire avec les mêmes équilibres qu’offre la demoiselle bleue, il peut cependant se nourrir aussi de corail.

Stoplight Parrotfish (Sparisoma viride) at Salt Pier

Poisson-Perroquet sur Wikipédia

Le plus grand prédateurs des algues est l’oursin (Echinoidea) qui avec ces cinq dents sectionne comme un sécateur le stipe de l’algue pour pourvoir la consommée grâce à son appareil masticateur appelée la lanterne d’Aristote. Dans certaines régions du monde, la prolifération des oursins menace les algues d’extinction.

Les symbioses d’algues

L’éventail de prédateurs que possèdent les algues n’est pas la seule interaction qu’elles possèdent avec le reste du monde vivant. En effet, la symbiose en est une autre. La symbiose (du grec σύν sýn : ensemble et βίος bíos : vivre) est une association de longue durée entre deux êtres vivants d’espèces différentes. Cette association est vitale pour les deux espèces qui sont dépendantes l’une de l’autre. Pour les algues, ils existent plusieurs symbioses avec d’autres espèces. Prenons les exemples de l’algue et du champignon, et plus surprenant celui de l’algue et de la salamandre. Dans le cas des algues et des champignons qui forment ce qu’on appelle le lichen, nous avons une symbiose parfaite. Les champignons sont des parfaits partenaires pour les algues. Effectivement, les champignons savent tirer profit maximum des algues terrestres. L’algue nourrit le champignon, et le champignon de se con côté apporte l’humidité nécessaire à l’algue pour leurs survies  similaire.                                                                                                         La symbiose la plus surprenante est à mettre au compte de l’algue avec un amphibien, la salamandre maculée (Ambystoma maculatum). Dans le cas présent, il s’agit d’un cas rare d’endosymbiose (endo qui signifie en dedans), la micro algue (Oophilia amblystoma) se développe plus rapidement dans l’œuf et plus particulièrement dans l’embryon (lui donnant une couleur verte avec la chlorophylle) grâce à l’azote rejeté par l’embryon. De son côté, la salamandre se développe plus vite grâce aux apports en oxygènes de l’algue.

anilum01

Salamandre Maculée sur le site Planète Gaïa

Le mimétisme ou comment se dissimuler parmi les algues

Les algues ne sont pas seulement victime de prédations, elles sont d’une aide vitale pour d’autres espèces victimes elles aussi de prédations. C’est à l’aide du mimétisme que ces espèces se servent des algues. Le mimétisme consiste pour un animal à se camoufler en adoptant la couleur, le comportement ou le mouvement d’un élément. Il existe deux types de mimétisme celui par homochromie et par homomorphie. L’homochromie consiste pour un animal à se dissimuler en imitant la couleur de son environnement comme le fait la seiche ou le caméléon. L’homomorphie est l’adoption par l’animal de la forme d’un élément  comme une pierre ou une algue.                                                                                             Nous allons tout d’abord aborder le mimétisme par homomorphie à travers l’exemple de l’araignée à Rostre. L’araignée à Rostre (Macropodia) est un crustacé de 2 à 6 centimètres. Cette araignée vit parmi les fonds marins entre les algues et les hydraires (ceux sont des colonies d’individus qui se regroupent pour former des coraux). L’araignée de rostre est vulnérable par sa taille, aussi pour survivre, elle a choisi de se rendre quasiment invisible parmi ces champs naturels, grâce au mimétisme. En effet, l’araignée de mer déguise littéralement sa carapace, y compris ses pattes, d’hydraires, de morceaux de coquillages ou d’algues qu’elle sectionne avec ses pinces. Elle fait parvenir à sa bouche ses éléments et elle y dépose un liquide agglutinant afin de les fixer sur son corps. Si elle perd des éléments de camouflage, elle les remplacera aussitôt. Un plongeur inexpérimenté ne pourra pas débusquer l’araignée à  Rostre.

D’un autre côté d’autres êtres vivants utilisent la deuxième forme de mimétisme pour se confondre avec les algues. L’homochromie des algues est notamment l’art du camouflage que reprend certaines rascasses. Les rascasses sont des poissons des fonds rocheux. Les rascasses sont souvent citées comme de parfaite imitatrices des textures des rochers, mais elles sont tout autant apte à reprendre la livrée générale d’un champ d’algues. Elles sont quasiment indiscernables par les autres espèces vivantes. Le poisson-pierre est également un des rois du camouflage par homochromie, des algues complètent  ce camouflage en venant se greffer sur sa peau.                                         Mais d’autres espèces poussent plus loin la ressemblance en adoptant un mimétisme dit « quasi-total », c’est-à-dire qu’elles sont capables de reproduire à la fois, un mimétisme d’homomorphie et d’homochromie. Ces êtres sont les hippocampes (Hippocampus) qui s’attachent par la queue et se dissimulent dans les champs d’algues, tout en laissant des algues se fixer sur eux, mais ils peuvent adopter aussi pour certains la couleur des algues. Nous allons développer, ici, l’exemple du dragon des mers (Phycodurus eques), autrement appelé l’hippocampe dragon. Cet hippocampe vie sur les côtes du sud de l’Australie, les côtes de la Tasmanie et les côtes de Nouvelle-Zélande. Il ressemble par mimétisme d’homochromie aux algues de son lieu de vie, mais également, il reprend la forme de celles-ci. C’est le seul moyen qu’il a d’ échapper à ses prédateurs étant piètre nageur. Le problème est que le champ d’algues se réduit au fil des années par le développement important des oursins dans ces zones, à cause de la pêche mal-contrôlée des homards, prédateurs naturels des oursins et qui tend à disparaître de ces zones. Cette réduction des algues et des homards est un cercle vicieux pour l’hippocampe dragon qui se retrouve de moins en moins dissimulé et de plus en plus exposé.

jui

Dragon des Mers ou Hippocampe Dragon tiré de ce site

D’autres utilisations des algues

Les algues offrent également d’autres usages que ceux évoqués précédemment. Les loutres, par exemple, s’enroulent dans les algues pour ne pas dériver avec les courants au moment où elles se reposent. Elles utilisent les algues comme des bites d’amarrage comme dans nos ports pour les bateaux.                                                                               Il faut savoir également que de plus en plus d’engrais pour les bétails et les animaux d’élevage sont fait à partir d’algues. C’est ce que nous pouvons voir à travers cet article évoquant la fabrication d’engrais incorporant des algues par une entreprise bretonne pour nourrir des animaux en Côte d’Ivoire.

Les algues outre, leurs étonnantes caractéristiques sont également des êtres vivants extrêmement précieux pour le reste de la biodiversité par différents usages.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *