L’alguier de Du Dresnay

Un « modèle » pour Agathe de Gourcuff ?

L’objet

Conservé dans la bibliothèque de l’abbaye de Landévennec, l’alguier de Du Dresnay se présente sous forme de deux gros volumes contenant au total 256 algues séchées. Réalisé entre 1820 et 1827, cet herbier porte le nom de « Collection de Thalassiophytes du Finistère ». Les algues proviennent des côtes de Saint-Pol de Léon, Roscoff, et du Sud Finistère. Chaque spécimen est accompagné d’une étiquette, où apparaissent l’année et le lieu de prélèvement (Finistère la localité précise). Deux noms latin accompagnent chaque algue, ainsi que les initiales des botanistes qui les ont nommées. Les plus fréquents sont Agardh et Lamouroux. Certaines espèces sont présentes plusieurs fois, à des lieux et dates différentes, ce qui explique le nombre élevé d’échantillons (256 algues pour 235 espèces). L’auteur a certainement voulu y présenter les différentes morphologies pour une même espèce.

Pages d'un volume de l'alguier du Dresnay. (Abbaye de Landévennec)

Pages d’un volume de l’alguier du Dresnay.
(Abbaye de Landévennec). Noter la ressemblance avec celui d’Agathe de Gourcuff

Le premier volume s’ouvre avec une aquarelle en guise de frontispice, et d’une notice de quelques pages sur les thalassiophytes. Du Dresnay y expose quelques aspects de la « biologie » des algues et la façon de les conserver. Il cite les méthodes de Lamouroux et Bonnemaison, en fonction des différents types d’algues (qu’il qualifie « d’articulées » et de « non articulées »). En fin du second volume, vingt-quatre ouvrages (parus entre 1714 et 1822) sont cités pour la détermination des spécimens récoltés.

Le colonel Du Dresnay : militaire et botaniste…

Armoiries de la famille Du Dresnay ; "D'argent à la croix ancrée de sable, accompagnée de trois coquilles de gueules"

Armoiries de la famille Du Dresnay ; « D’argent à la croix anillée de sable, accompagnée de troys coquilles de gueule, deux en cheff et une en pointe« 

Guy Ambroise Dudresnay (1770-1837) est issu d’une famille noble de Plougras, dans l’évêcher de Tréguier. Son père, Messire Louis Marie, marquis du Dresnay, est également baron de Montrelais et colonel du régiment éponyme, le régiment du Dresnay. Sa mère, Marie-Josèphe-Anne descend de la famille Du Coetlosquet. Comme son père, Guy Ambroise du Dresnay suit un parcours militaire durant sa jeunesse. Il commence par entrer à l’école des Chevaux Légers de la Garde du Roi, de 1784 à 1786. Après son mariage avec Jacquette Rose de Quelen en 1790, il, part avec elle en Hollande pour rejoindre son père dans le Rassemblement des Compagnies Rouges, puis dans l’armée de Condé (émigrés contre-révolutionnaires). Il y sera chargé de la correspondance avec les royalistes de Bretagne et de Normandie. De retour en France en 1800, il devient capitaine de la garde nationale de Saint-Pol de Léon. Après avoir exercé la fonction d’inspecteur des haras et décoré de la croix de Saint Louis, Du Dresnay se retire à Saint-Pol de Léon en 1821 et s’adonne à la botanique. Il entretient des relations avec plusieurs botanistes, notamment Théophile Bonnemaison (1774-1829), qui lui fournira d’ailleurs certains échantillons, et donnera son nom à une espèce : Callithammion dudresnayi (Bonnemaison, 1824). L’herbier de Bonnemaison sera classé à sa mort par Du Dresnay. Il est aujourd’hui conservé à la médiathèque des Ursulines de Quimper.

Le Pérennou : un lieu de rencontre ?

Parmi les nombreuses alliances de la famille Du Dresnay figure la famille du Marc’hallac’h (ou Marhallac’h). Du Dresnay lui même a rencontré lors de son émigration un certain Jean Félix, seigneur du Marc’hallac’h (1722-1858), dont le château se trouve au Pérennou en Plomelin. Or, une de ses filles, Caroline du Marc’hallac’h (1810-1863), aurait reçu de Du Dresnay un petit recueil d’algues.

Le château du Pérennou, 1833

Le château du Pérennou (photo : infobretagne.com)

Le Pérennou en Plomelin est également le lieu cité dans l’alguier d’Agathe de Gourcuff. Celle-ci aurait donc pu avoir sous les yeux l’alguier destiné à Caroline du Marc’hallac’h ou celui de Du Dresnay, et peut-être s’en est-elle inspirée… Peut-être a-t-elle rencontré Du Dresnay lui même.


Une réflexion au sujet de « L’alguier de Du Dresnay »

  1. Bonjour Guillaume Salah,
    Une courte bibliographie serait la bienvenue sur le site concernant les différentes questions soulevées (histoire des sciences, histoire de la biologie marine, herbiers, algues, algues et Bretagne, femmes et sciences…) afin de guider les lecteurs – experts ou non…
    Bonne journée et bravo pour tout le travail fourni !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *