Présentation de l’objet d’étude : l’Alguier d’Agathe de Gourcuff

Cet ouvrage contient, comme l’indique son titre, une « collection de plantes marines ». Il s’agit de macro algues marines séchées. L’alguier comporte en tout 60 espèces.

Le nom de chaque spécimen figure sur une étiquette, en français et non pas en latin comme il est d’usage, accompagné d’une initiale correspondant au systématicien qui l’a identifié. Plus précisément, il s’agit d’une francisation du nom latin.
Ainsi pouvons nous lire par exemple « Délésserie sanguine » pour Delesseria sanguinea, identifiée par Lamouroux, « Ulve pouprée » pour Ulva purpurea identifiée par Roth

Délésserie sanguine (Delesseria sanguinea.Lamouroux)

©Médiathèque des Capucins

Ulve pourprée (Ulva purpurea)

Ulve pourprée (Ulva purpurea.Roth)

©Médiathèque des Capucins

L’auteure a d’ailleurs rappelé en deuxième page les « noms des algologues utilisés dans la nomenclature ». On peut y lire notamment les noms de botanistes tels que Linné et Lamarck, mais également Duby, De Candolle et Bory-de-Saint-Vincent.

Noms des algologues cités dans la nomenclature

Noms des algologues cités dans la nomenclature

©Médiathèque des Capucins

Table des espèces d'après la classification du Botanicon Gallicum de Duby

Table des espèces d’après la classification du Botanicon Gallicum de Duby (dernière page)

©Médiathèque des Capucins

En fin d’ouvrage se trouve un index des espèces présentes dans l’ouvrage, avec la mention « d’après la classification du Botanicon Gallicum de Duby ». Il s’agit sans doute du tome 2 du Botanicon, livre publié en 1830 et écrit par Jean Étienne Duby (1798-1885), un élève du botaniste suisse Augustin Pyrame De Candolle (1778-1841), dont les travaux ont inspiré l’actuel Code International de Nomenclature Botanique.

A partir de ces informations, plusieurs questions se posent :

Comment Agathe de Gourcuff a-t-elle pu réaliser son herbier? En effet, la date indiquée en première page, 1838, place cet objet et son auteure dans le contexte agité de la Monarchie de Juillet. Durant cette période, des mouvements d’émancipation de femmes voient le jour,revendiquant des droits à l’éducation et à l’égalité des statuts homme/femme. Le travail d’Agathe de Gourcuff ouvre ainsi la question de la place des femmes en sciences et de la reconnaissance de leurs travaux.

Se pose également la question du lien entre les sciences et les femmes. Le cas de la botanique est d’autant plus intéressant que cette science, popularisée au XIXème siècle, s’intéresse à l’identification des plantes, notamment à partir des fleurs, qui ne sont autre que leur sexe. Le naturaliste Linné (XVIIIème siècle) qualifiait d’ailleurs son système de classification de « sexuel », ce qui lui valu d’ailleurs une certaine résistance de la part d’autres botanistes quand à l’acceptation de son système (système qui selon eux, défiait la morale). Cela nous amène à nous pencher sur la question du genre en sciences, à une certaine sexuation du savoir, pour reprendre les termes des études féministes. Dans cette optique, la réflexion peut être poussée jusqu’à se demander si la Science, élaborée par des hommes, au sens masculin du terme, répond à sa vocation « universelle » d’explication et de description du monde.

D’autre part la ressemblance frappante de cet alguier avec celui du colonel Du Dresnay, antérieur d’une dizaine d’années (1827) et conservé à l’Abbaye de Landévennec (29) nous amène à se demander s’il y aurait un possible lien entre les deux auteurs, et ainsi orienter la réflexion sur la manière dont la science naturaliste se construit et les réseaux de construction des savoirs.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *