Jardins botaniques, Kreuterbuch, hortus et florilèges : l’empire des Herbaria

 

Entre copie et observation

En Europe, le XVème siècle voit des transformations s’opérer dans la science botanique. La ressemblance des illustrations dans les herbiers commence à se développer, témoignant d’une évolution de la pratique savante, s’éloignant de la copie pour se tourner vers l’étude d’après observation. L’Erbario Carrarese (vers 1400) témoigne de cette époque par ses planches, marquant ainsi une certaine transition entre la copie des illustrations anciennes et la représentation de plantes in vivo.

acacia-et-accipiter (Erabrio Carrarese) jusquiame (Erbario Carrares)
Deux pages de l’Erabario Carrarese. Accacia (page de gauche) et Jusquiame (page de droite). Le livre est accessible dans sa version numérique ici (British Library)

En 1483, les œuvres de Théophraste sortent de l’oubli et sont traduites en latin, induisant des changements dans l’approche descriptive des plantes, notamment en terme de classification.

Travailler en équipe : peintre, graveurs et herboristes

Au XVIème siècle, les illustrations sont réalisées par des artistes, peintres et graveurs et non plus par les herboristes. Jean Bourdichon (1446-1521), enlumineur et peintre des rois de France, réalise un chef d’oeuvre témoignant de cette activité artistique :  le Livre d’Heures d’Anne de Bretagne (publié en 1508).

Portrait d'Anne de Bretagne, tiré du Livre d'Heures

Portrait d’Anne de Bretagne, tiré du Livre d’Heures

Les représentations miniatures de 337 plantes qu’Anne de Bretagne aurait fait cultivé dans son jardin, figurent dans ce livre de prières et sont marquées par un certain réalisme même si le côté artistique est prédominent. Les noms français et latins accompagnent ces illustrations.

page-heure-danne-de-bretagne2 page-heures-danne-de-bretagne1
Bourrache et Camomille- Grandes Heures d’Anne de Bretagne. Le livre est accessible dans sa version numérique ici (BNF)

Conservé dans le cabinet de curiosités de Louis XIV à Versailles, il est transféré à la bibliothèque nationale durant la Révolution.

La finesse et la précision des illustrations continue à s’affiner au cours du siècle. Pieter Van der Borcht (1545-1608), dessinateur, graveur et peintre flamand réalisera énormément de planches destinées aux ouvrages de botanique. Elles seront utilisées par Clusius (Charles de l’Ecluse), Lobelius (Mathias de l’Obel) et Dodoens.

Quelques œuvres de Piete Van der Brocht ici (British Museum)

 

Leonhart Fuchs

Leonhart Fuchs

Avec Leonhart Fuchs (1501-1577), une avancée certaine dans l’illustration botanique est mise ne évidence : le New Kreüterbuch (« Nouvel Herbier ») et son édition latine « De stirpium natura » (1543) présentent des gravures et peintures de grande qualité, permettent de représenter les plantes plus en détail, ce qui facilite la reconnaissance et l’identification. Sur certaines illustrations, plusieurs des aspects (fleurs fruits, feuilles différentes…) du végétal apparaissent sur la même plante.

Celles-ci sont rangées selon l’ordre alphabétique de leurs noms et accompagnées d’une ébauche de terminologie propre aux plantes.

 

  coloquintecoloquinte-texte
Pages du New Kreüterbuch sur la coloquinte. On peut voir sur la planche les différentes phases du fruit et de la fleur. Livre accessible dans sa version numérique ici (Université de Strasbourg)

 

Hortus botanicus et hortus medicus : entre botanique et médecine

Les botanistes restent encore le plus souvent des médecins et des herboristes, même si une volonté progressive de séparer l’étude des plantes de l’activité médicale se développe. Bien que médecin, Antonio Musa Brasavola (1500-1555), revendique ce statut de science indépendante de la médecine. Professeur à Ferrare, il y crée un jardin botanique et rédige en 1536 un traité de plantes médicinales, « Examen omnia simplicium […] » en mettant en avant l’idée que les auteurs Anciens, Théophraste, Pline et Dioscoride n’ont pu inventorier toutes les plantes et que beaucoup d’entre elles restent à décrire.

La première chaire de botanique est créée en 1533 à Padoue. Le botaniste Luca Ghini (1500-1556) y fonde un jardin botanique en 1546 et initie la botanique descriptive en développant une nouvelle manière d’étudier et de reconnaître fidèlement les plantes : les herbiers de spécimens secs. Luca Ghini serait ainsi à l’origine du premier herbier de plantes séchées, non conservé à ce jour. Félix Platter (1536-1614), médecin à Bâle, réalise lui aussi un herbier. Ses neuf volumes, comptent près de 800 échantillons secs, en plus d’aquarelles et de gravures. Il est aujourd’hui conservé à Berne. De tels travaux portent le nom d’ Hortus siccus, « jardin sec » ou d’ herbaria. Sur Félix Platter, voir également Curiositas

clusius

Charles de l’Ecluse (Clusius)

Le botaniste flamand Charles de l’Ecluse (1526-1609), connu sous le nom de Clusius, herborise en Europe et occupe la chaire de botanique de Leyde. Voulant un « hortus botanicus » (jardin botanique) et non un « hortus medicus » (jardin médicinal), il fait pousser des plantes sans utilité médicale connue dans le jardin botanique de Leyde. En 1601 est publié son ouvrage, Rariorum plantarum historia, rassemblant 1135 planches. La classification est établie en fonction des propriétés de celles-ci (odeur, vénéneuses, bulbeuses…) suivant les divisions traditionnelles (arbres, arbrisseaux, arbustes, herbes). Y sont ajoutés les champignons. Les plantes semblables sont regroupées sous un même nom.

clusius-rariorum-2 clusius-rariorum-1
Planches du Rariorum plantarum. L’ouvrage en version numérique est accessible ici  (BNF)

De la médecine aztèque…le Codex Badianus

Un autre herbier remarquable est le Libellus Medicinalibus Indorum Herbis (Livre des herbes médicinales des Indiens). Cet ouvrage originalement écrit en nahuatl (langue aztèque) par Martin de la Cruz, un médecin indien des auspices de l’ordre religieux de Saint François d’Assises, le « Colegio de Santa Cruz de Tlaltelolco » fut traduit en latin en 1552 par Juan Badiano, indien du même collège. Ce « Libro Herbolar » comporte des illustrations d’une centaine de plantes de la Vallée de Mexico, accompagnées de leurs noms nahuatl et de leurs utilisations en latin.

page-codex-badianus2 page-codex-badianus1
Deux planches du Codex Badianus . Une partie de l’ouvrage est accessible ici (Université de Virginie)

L’ouvrage, dédicacé à Antonio de Mendoza, fondateur du collège d’où les auteurs sont originaires, sera offert à l’empereur Charles Quint. Conservé dans la Bibliothèque Apostolique du Vatican sous le nom de Codex Barberini ou Codex Badianus jusqu’en 1990, il fut rendu au Mexique par le pape Jean Paul II. Il est aujourd’hui conservé à l’Institut National d’Anthropologie et d’Histoire de Mexico (INAH)

Comment classer ? De l’observation au choix des critères…

Cette recherche d’exactitude tant en terme de vocabulaire que de représentation va de paire avec la volonté de classer les plantes de la meilleure manière possible. La question du choix des critères de classement se pose face à une littérature écrasante où les classements alphabétiques et utilitaires se mêlent aux listes de synonymes multilingues.

Cesalpino

Andrea Cesalpino

Un élève de Luca Ghini, Andrea Cesalpino (1519-1603) travaille sur ce terrain foisonnant et élabore une théorie systématique à travers son traité de botanique De Plantis, publié en 1583, et comprenant seize volumes. Dans les 14 chapitres du premier volume, Cesalpino rejette les classements basés sur l’usage médical et l’ordre alphabétique. Il avance l’idée que les caractéristiques de toutes les parties des plantes peuvent être utilisées pour construire une classification pratique, « naturelle ». En comparant le nombre, la taille et la forme des parties végétales, Cesalpino construit des classes en se fondant sur les fruits, selon qu’ils contiennent des graines, ainsi que sur le nombre de celles-ci dans chaque fruit. Il élabore ensuite des sous groupes à l’intérieur de ces classes en se basant sur la forme et la disposition des feuilles, des racines et de la tige. Ces sous groupes sont des « genres ». Ils peuvent contenir plusieurs « espèces », que Cesalpino définit, comme son contemporain Guesner, par rapport à la capacité d’une plante à se reproduire à l’identique.

 

Rembert Dodoens

Rembert Dodoens

Médecin personnel de l’empereur Rodolphe II à Vienne et professeur à Leyde, Rembert Dodoens (1517-1585) s’inscrit également dans la recherche d’une classification.

Il publie de nombreux ouvrages dont les plus importants sont le Cruijdtboeck, (1563), et le volumineux Stirpium historiae pemtades sex (1583). Traduit en Histoire des plantes par Charles de l’Ecluse en 1557 (avant que l’édition flamande ne paraisse!) le Cruijdtboeck réunit 700 gravures sur bois. Les plantes sont accompagnées d’une description minutieuse, incluant des critères de différenciation entre plusieurs espèces et de leurs usages médicinaux.

histoire-des-plantes1 histoire-des-plantes2
Figures de la traduction française du Cruijdtboeck . Ouvrage accessible ici (BNF)

Dans le Stirpium historiae, Dodoens emploie une classification plutôt systématique qu’ alphabétique pour présenter les 2000 plantes que contient cet ouvrage.

stirpium-historiae-dodoens-1 stirpium-historiae-dodoens-2
Pages du Stirpium historiae. L’ouvrage est accessible ici (Université de Strasbourg)

Il se place dans la lignée des travaux de Charles de l’Ecluse et Mathias de l’Obel (Lobelius), dont il rapporte des citations.

Mathias de l’Obel, dit Lobelius (1538-1616), botaniste du roi d’Angleterre et d’Ecosse Jacques Ier (James Stuart) élabore une classification végétale en fonction de la forme des feuilles. Il publie en 1576 son ouvrage Plantarum seu stirpium histoira, décrivant la flore de Montpellier et des Cévennes et 1581 son Kruydtboeck, contenant 2181 figures dont la plupart a été utilisée dans les ouvrages de Dodoens et Clusius, ainsi qu’un index en sept langues.

Florilèges : dans les jardins des princes et des rois

hortus-eystettensis-frontispice-et-portrait

Portrait de Basilius Besler sur le frontispice de l’Hortus Eystettensis

Les herbiers illustrés continuent à évoluer aux XVIème et XVIIème siècles à la fois dans le champ médical mais également dans le domaine ornemental, avec la naissance des florilèges, catalogues de plantes destinées à l’ornement des jardins princiers et royaux. Un des plus volumineux de ces ouvrages est l’Hortus Eystettensis (« Jardin d’Eichsttät ») de Basilius Besler (1561-1629), un apothicaire de Nuremberg.

Paru en 1613, cet ouvrage contient les planches de 1084 plantes du jardin botanique d’Eichstätt, réalisé par Besler à la demande du prince-évêque Joann Konrad von Gemmingen, dans son château de Willibaldsbourg.

ruscus-hortus-eystettensis buxus-hortus-eystettensis
Planches de l’Hortus Eystettensis. Le florilège est accessible ici (Université de Strasbourg)

Le florilège se présente en quatre volumes, correspondant aux quatre saisons. Le jardin sera détruit lors du siège et du pillage du château durant la Guerre de Trente Ans.

Plusieurs versions colorisées de l’Hortus Eystettensis existent également. Pour plus d’informations, et sur le florilège, voir ici (Muséum d’Histoire Naturelle)

Pierre Vallet (1575-1657), brodeur royal, publiera au début du XVIIème siècle deux florilèges, destinés au Jardin du Roy très chrestien Henri IV , puis Louis XIII.

pierre-vallet jardin-du-roy-tres-chrestien-frontispice
Portrait de Pierre Vallet et frontispice de son florilège

Quelques planches accessibles ici (BNF)

Les changements opérées durant la Renaissance vont se poursuivre aux XVIIème et XVIIIèmes siècles, surtout dans le domaine de la classification végétale. La botanique s’affranchira de plus en plus de son « utilitarisme » dans le champ médical pour devenir une science de la description d’un monde reflétant la perfection divine…


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *