Le monde arabe : une affaire de plantes…et de langage

Les premières sources de la botanique en contexte arabe sont tout d’abord d’ordre lexicographique. La codification de la langue arabe (en tant que langue administrative puis langue savante) se développe au VIIIème siècle sous la dynastie Omeyyade. Grammairiens et lexicographes élaborent traités et dictionnaires dans lesquels apparaissent les premiers lexiques à caractère botanique. Ainsi le lexicographe Khalîl Ibn Ahmad al Farâhidî (mort en 776) établit une liste de noms de plantes dans son Livre de la lettre « ‘ayn » (Kitâb al ‘ayn). Partant de là, des savants issus de différentes disciplines élaborent des ouvrages contenant les noms de plantes de régions données, en général celles d’Arabie, ainsi que des ébauches de classification.

C’est le cas du philosophe, grammairien et médecin irakien Al Asma’î (mort en 831). Son Livre des plantes et des arbres (Kitâb an-nabât wa ash-shajar) compte 276 plantes de différentes régions d’Arabie, classées selon leurs caractéristiques physiques (arbres, épineux, herbes), leur propriétés gustatives (légumes que l’on peut manger crus, légumes légèrement amers etc….), reprenant par là le travail d’un auteur contemporain, Abû Zayd al Kilâbî (mort en 820), mais également selon leur caractéristiques « biologiques » (plantes qui reverdissent à la fin de l’automne sans pluie, arbres toujours verts, etc…).

Les traductions

Parallèlement se développe un important mouvement de traduction, initié dès le début du VIIIème siècle par le calife Omeyyade Hishâm (724-743). Les ouvrages des auteurs grecs sont désormais accessibles en arabe, le plus souvent à partir de versions syriaques traduites par des savants chrétiens, tels Thâbit Ibn Qurra (le Thebit des latins-826-901) astronome sabéen, et Ishâq Ibn Hunayn, médecin de la cour abbasside (830-910). Tous deux traduisirent le commentaire de Nicolas le Damascène sur le Traité des Plantes d’Aristote. La version arabe sera réutilisée au Moyen Âge sous le titre Liber de plantis.

page-du-liber-de-plantis1page-du-liber-de-plantis2  
Deux pages d’un Liber de plantis du XIVème siècle. Cet ouvrage est accessible ici (BNF)
 

Aux IXème et Xème siècles, le Materia medica de Dioscoride est traduit plusieurs fois1 et illustré, suivi par les Causes des Plantes de Théophraste.

mm-arabe1mm-arabe2
Pages d’un fragment d’une version arabe du Materia Medica (XII-XIIIèmes siècles). L’ouvrage est accessible ici (BNF). Une version non illustrée, traduite en arabe par Hunayn Ibn Ishâq est également accessible ici (BNF)

Les auteurs arabes s’appuient sur ces travaux pour élaborer une science des plantes liée à l’usage médical et à l’agronomie. Ils produiront des ouvrages ayant pour titre Livre des plantes et des arbres (Kitâb an-nabat wa as-shajar). Une bonne partie d’entre eux est citée dans l’œuvre monumentale d’Abû Hanîfa ad-Dinawari (mort en 895).

Ad-Dinawari et Ibn Baytâr : le savoir encyclopédique

De Son Livre des Plantes, seuls deux des six tomes sont parvenus jusqu’à nous. Le tome 6, reconstitué d’après des citations et passages d’autres ouvrages, par Muhammad Hamîdullah en 1973 sous le titre Le Dictionnaire botanique d’Abu Hanifa ad-Dinawari contient les noms de 637 plantes. Il complète les travaux de Bernhart Lewin (1953) qui avait dressé le classement de 400 plantes, classées selon l’alphabet arabe.

Après une partie concernant la météorologie, l’astronomie et les différents types de terre, ad-Dinawari décrit les différents stades de la plante, de sa naissance à sa mort. Puis, citant ses prédécesseurs, il décrit diverses plantes et leurs usages : odoriférantes, tinctoriales, celles dont on fabrique des objets, etc…. ainsi qu’un passage sur les abeilles et la fabrication du miel. La classification est largement basée sur celle d’auteurs comme Al Asma’i et Al Kilâbî.

L’œuvre d’Ad-Dinawari servira de base aux grand dictionnaires et ouvrages de lexicographie tels le fameux Lisân al ‘Arab ([Le livre de] La langue des Arabes) d’ Ibn Manzur (achevé en 1290), ou encore le Livre de la compilation des remèdes et aliment simples (Kitâb al jami’ li-mufradât […]) de Abû ‘Abdallah Ibn Ahmad Ibn Baytâr (mort en 1248).

De Séville au Caire, le voyage d’Ibn Baytâr

Statue d'Ibn Baytâr au musée de Benalmadena, province de Malage, Espagne (Wikipédia)

Statue d’Ibn Baytâr au musée de Benalmadena, province de Malaga, Espagne

Cet herboriste natif de Málaga apprit de son père Ahmad Ibn Baytâr avant de partir pour Séville où il profita de l’enseignement d’ Abû-l-‘Abbâs an-Nabâtî (mort en 1239) avec lequel il fit ses premières herborisations. Il entame ensuite un voyage qui le mènera de l’Andalousie à l’ Égypte, dans les années 1220. Durant ce périple, il amasse des connaissances linguistiques et botaniques sur les plantes qu’il ne connaît pas, en se basant sur sa propre observation et le savoir des savants qu’il rencontre dans les cours Almohades (actuel Maghreb). Arrivé en Égypte, le sultan ayyubide Al Kâmil, neveu de Salah ad-Dîn Al Ayyûbî (le Saladin des croisés) le prend à son service et le nomme chef des herboristes. Ibn Baytâr dédiera au prince As-Sâlih deux ouvrages de pharmacologie dont le Kitâb al jami’. Considéré comme l’oeuvre majeure d’ Ibn Baytâr, ce livre se présente sous la forme d’un dictionnaire où sont classés près de 1400 aliments, remèdes simples et drogues issus de minéraux, animaux et végétaux. Chaque élément est accompagné de son nom et de ses synonymes en plusieurs langues dont le grec, l’arabe, le berbère et le latin, sa description physique, ses propriétés médicinales, la maladie pour laquelle on l’utilise et son utilisation. L’auteur va même jusqu’à décrire les effets de différents remèdes pris en même temps et la façon de remédier aux effets indésirables.

Les informations que donne Ibn Baytâr proviennent de son étude de près de 150 auteurs grecs et arabes qu’il cite dans son ouvrage, parmi lesquels Dioscoride (dont il écrit un Commentaire du Materia medica, le Tafsîr kitâb Diasqûrîdûs) et Galien, ainsi que Ibn Sînâ (Avicenne), Ar-Râzî (le Razès des latins), Al Ghâfiqî, Ad-Dinawarî, son maître Abû-l-‘Abbâs an-Nabâtî et d’autres, ainsi que des auteurs perses et indiens. Certaines œuvres et auteurs arabes ne sont d’ailleurs connues qu’à travers les citations et les informations citées, recopiées et commentées par Ibn Baytâr. À cela, l’auteur ajoute ses propres remarques issues de ses observations en critiquant ses sources.

ibn-fadl-allah-al-umari-illustartion-al-3ashr-cite-ibn-baytar ibn-fadl-allah-al-umari-an-nakhl-illustration
Deux pages du volume V des « Itinéraires des regards à travers les royaumes du monde civilisé » (Masâlik al absâr fî mamâlik al amsâr) de l’historien Shihâb ud-Dîn Ibn Fadl Allah Al ‘Omarî (XIVème siècle). L’auteur cite Ibn Baytâr dans les commentaires accompagnant les illustrations. La version numérique du livre est accessible ici (BNF)

Abenbitar, Abulcasis, Abenguefith, Avempace…les auteurs arabes en Europe (et en latin!)

Le Kitab al jami’ sera traduit partiellement en Europe dès le XVIème siècle. Il servira de base lexicale pour la traduction de différents ouvrages, tels le Canon d’Avicenne (Qanûn fi-Ttibb) traduit en latin par le médecin italien du XVIème siècle Andrea Alpago (Principis Avicenae Liber Canonis), qui semble avoir également traduit le chapitre d’ Ibn Baytâr sur le citron (Maqâla fîl-laymûn) sous le titre Ebembitar De Limonibus, Tractatus Arabus in Latinus versus. Au XVIIème siècle, Jacob van Gool (Jacob Golius), mathématicien et arabisant néerlandais utilise également l’oeuvre d’ Ibn Baytâr pour rédiger son dictionnaire bilingue, le Lexicon arabico latinum. Joseph Pitton de Tournefort (1656-1708), botaniste français, cite également l’ouvrage dans ses Elemens de Botanique : « Abenbitar, dont Guillaume Postel2, ambassadeur de François Ier en Orient, apporta le manuscrit, fit un grand ouvrage rempli d’une infinité de remèdes . Postel étoit persuadé qu’avec ce secours on pourroit rétablir plusieurs endroits de Dioscoride, de Galien et d’Oribase3.

D’autres auteurs seront également traduits, tels Abû-l-Qâsim az-Zahrâwî ( l’Abulcasis des latins, mort en 1109), médecin des califes de Cordoue ‘Abd ar-Rahman III et Al Hakam II. Son encyclopédie médico-chirgucale, le Kitâb at-Tasrif ou Livre de de la pratique, dont le livre XXVII traite des simples fut traduite sous le titre Liber servitoris au XVIIème siècle. Abû-l-Mutarrif Ibn Wâfid (l’Abenguefit des latins, mort en 1068), médecin et philosophe de Cordoue composa un Livre des simples (Kitâb al adwiya al mufrada) traduit en Abenguefith de medicamentis simplicibus et utilisé jusque sous la Renaissance (publication à Venise en 1532). Enfin, il peut être cité Abû Bakr Muhammad Ibn Bâjja (l’Avempace des latins, mort en 1138), philosophe, poète et médecin qui composa, avec son Livre des deux expériences, un Livre des plantes. Il propose une classification de celles-ci en parfaites et imparfaites, selon qu’elles possèdent ou non les principales parties végétales. Il disserte également sur leur éventuel sexe, à partir de sa constatation de fleurs mâles et femelles sur le palmiers et les figuiers, contredisant par là la conception aristotélicienne qui confond les deux sexes chez les plantes.

Le naturaliste Karl von Linné (1707-1778) cite, dans sa Philosophia botanica, parmi les auteurs botaniques, Avicenne (Ibn Sinâ), et Abenguefit (Ibn Wâfid) aux côtés de Galien, Théophraste, Dioscoride et Aristote dans son chapitre sur l’histoire de la botanique (La Bibliothèque Botanique). Pour Linné, ces auteurs sont les « Pères » car ils ont « consigné les premiers éléments de la science ». cependant, « ils ignoroient tous les adombrations, ou l’art des descriptions générales »4.


1 Une première traduction aurait eu lieu sous le calife abbasside Al Mutawakkil (847-861), et une autre, illustrée, sous le calife omeyyade de Cordoue ‘Abd ar-Rahman III (912-961), à partir d’une version syriaque offerte par l’empereur byzantin Romain II (959-963).

2Guillaume Postel (1510-1580) est un savant et diplomate français envoyé par François 1er en 1538 à la cour du sultan ottoman Soliman le Magnifique comme interprète de l’ambassadeur Jean de la Forêt. Il rapporte de ses voyages plusieurs livres et manuscrits qu’il traduit et publie, parmi lesquels la version arabe des Éléments d’Euclide de l’astronome Nasîr ud-Dîn at-Tûsî et la Compréhension suprême de la répartition des orbes (Muntahâ al idrâk fî taqsîm al aflâk) de Shams ud-Dîn Abû Bakr Muhammad Al Kharaqî. Il est auteur entre autre d’ un livre sur douze alphabets orientaux (Lingarum duodecim characteribus differentium alphabeta) et une description de la société turque (De la République des Turcs).

3Il semble que Tournefort n’ait pas eu accès à une version traduite, comme il le dit plus loin : « Il seroit à souhaiter que feu Mr Thévenot, de l’Académie Royale des Sciences eût exécuté le dessein qu’il avoit de faire imprimer une traduction de cet ouvrage ». Eléments de botanique, Tome 1

4Philosophie Botanique de Charles Linné, traduite par François A. Quesné, 1788, p6 et 7


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *