Sofia Kovalevskaya, la première femme mathématicienne reconnue

Portrait de Sofia Kovalevskaya

Sofia Vasilyevna Kovalevskaya (en russe : Софья Васильевна Ковалевская) née le 15 janvier 1850 à Moscou et est décédée le 10 février 1891 à Stockholm, est une des plus grandes mathématiciennes.

Elle est à l’origine du théorème mathématique de Cauchy-Kovalevskaya, et a apporté de nombreuses avancées par ses travaux, comme la « toupie de Kovalevskaya ». Elle est la première femme à avoir obtenu un doctorat en mathématiques, et le poste de professeur dans une université.  Lire la suite

La machine à mâter de l’arsenal de Brest

Mon sujet de mémoire pour cette seconde année de master d’histoire des sciences et techniques, humanités numériques et médiation porte sur la machine, ou grue, à mâter de l’arsenal de Brest. Cette machine construite en 1681 au sein même de l’arsenal, fait partie du vaste ensemble de construction naval mise à place à Brest au cours du XVIIème siècle sur la volonté du pouvoir royale. Ce dernier veut en effet renforcer sa puissance navale militaire pour tenir tête aux puissances voisine, l’Angleterre en tête. Pour mener à bien la construction d’un navire de guerre il est essentiel de construire de nombreuses infrastructures où seront fabriqué tout le nécessaire. On trouve ainsi des corderies, une forge, des formes de radoub par exemple, et donc également une machine à mâter. Lire la suite

Discours et images de la Femme (1)

Introduction

Le fait que l’alguier d’Agathe de Gourcuff soit réalisé par une femme, qui plus est pendant la Monarchie de Juillet (1830-1848), nous permet de poser la réflexion concernant la place des femmes dans les sciences. En effet, durant cette période historique, des mouvements de femmes revendiquent une égalité sociale au même titre que les hommes, et un accès à l’éducation. La société de l’époque confine les femmes dans le cadre du foyer, conformément à l’ idée selon laquelle celles-ci seraient « naturellement » (et exclusivement) prédestinées aux fonctions maritales et à la maternité. Ces conceptions, validées comme « scientifiques » sont établies par des discours et des images qui éloignent les femmes des milieux politiques et savants, sous prétextes que de tels milieux peuvent altérer leur « nature » (qui de toute façon ne comprend pas les facultés intellectuelles propres aux hommes telles l’objectivité, la rigueur, et la justesse d’esprit).

D’où viennent ces conceptions ? Comment ont-elles été élaborées ? Et quelles sont leurs conséquences sur la considération des femmes (et sur la définition même des sciences?). Lire la suite

Chien-Shiung Wu, de la Chine à Manhattan

Chien-Shiung Wu, née le 13 mai 1912 à Shanghai, était une physicienne spécialiste en physique nucléaire. Son père qui était un défenseur de l’égalité homme-femme a fondé en Chine, une école supérieure professionnelle destinée aux femmes. Elle est donc poussée dès le départ, par son cadre familial, à faire des études. Elle intègre ainsi l’Université de Nankin en 1929. Après avoir obtenue sa licence de physique, elle devient assistante à l’Université de Zhejiang. Lire la suite

La primatologue lituanienne, Birutė Galdikas

Birutė Galdikas est une anthropologue, primatologue et éthologue lituanienne. Elle enseigne aujourd’hui à l’Université Simon Fraser au Canada, et est reconnue comme la plus grande primatologue spécialiste des orangs-outans. Elle fait partie du trio de spécialistes qui ont été appelés pour l’étude des Grands singes par Louis Leakey.

resize_800x500_img_7126

Galdikas reçoit en 2011 une récompense des mains de la présidente lituanienne, Grybauskaitė (site).

Lire la suite

Sibylla Merian, naturaliste voyageuse oubliée

Portrait se Sibylla Merian (1679)

Portrait de Sibylla Merian (1679)

Née à Francfort-sur-le-Main en 1647, Sibylla Merian grandi dans une famille d’artistes. Son père, Matthaüs Merian est graveur et éditeur. À la mort de celui-ci en 1650, sa femme, Johanna Sibylla Heim épouse le peintre Jacob Marrel (1614-1681), qui encourage Sibylla à peindre et la forme aux techniques artistiques. Celle-ci développe une certaine maîtrise de la peinture, du dessin et de la gravure ainsi qu’un goût pour les insectes. Adolescente, elle se procure des vers à soie qu’elle élève tout en notant leur régime alimentaire et leurs différentes phases de développement, notamment, ce qui l’intéresse le plus, le moment de leur métamorphose. À 18 ans, elle épouse un peintre de Nuremberg, Johann Andrea Graff et enseigne la peinture et la broderie de 1665 à 1670 sans perdre de vue son étude des insectes. Après cinq ans d’observation, elle publie son travail sous forme de trois ouvrages. Deux de ces volumes traitent des insectes. Le deuxième, intitulé « Der Raupen wunderbare Verwandlung und sonderbare Blumen-nahrung » (La chenille, merveilleuse transformation et étrange nourriture florale) publié en 1679 contient 50 gravures d’insectes associées à la plante sur laquelle ils vivent et dont ils se nourrissent, accompagnés de leurs stades de développements et de la durée de ceux-ci.

Lire la suite

Margaret Hamilton, la science vers l’espace

220px-margaret_hamilton_1995

Photographie de Margaret Hamilton en 1995 (site)

Margaret Hamilton, née le 17 août 1936, est une informaticienne et mathématicienne américaine. Elle débute une licence en mathématique en 1955, et se lance également dans la création de programmes informatiques. Après avoir obtenu sa licence de mathématique en 1958, elle compte au départ poursuivre dans ce domaine et intégrer l’université de Brandeis. Elle choisit finalement de rentrer au MIT (Massachusetts Intitute of Technology), où elle développe des programmes informatiques. Elle commence par coder des programmes informatiques pour faire de la prévision météo. Mais à partir de 1961, elle intègre le laboratoire Lincoln du MIT, et travaille sur le projet militaire SAGE (Semi-Automatic Ground Environement), qui a pour but, la détection des avions.
Lire la suite