Mária Telkes, the « Sun Queen »

Mária Telkes est une scientifique hongroise, naturalisée citoyenne américaine en 1937, méconnue, qui a œuvré tout au long de sa vie par des recherches sur l’énergie solaire. Elle a conçut le premier générateur de puissance thermoélectrique en 1947.

Mária Telkes est née le 12 décembre 1900 en Hongrie à Budapest. Elle est la fille d’Aladar de Telkes et de Mária Laban de Telkes. Elle a réalisé l’ensemble de son parcours scolaire dans la capitale hongroise. Passée par l’équivalent du collège et du lycée français, elle obtient à l’issue un baccalauréat en arts en 1920. Elle poursuit ses études dans un tout autre domaine, en physique-chimie à l’Université de Budapest. Elle termine son parcours universitaire par l’obtention d’un doctorat dans cette discipline en 1924. Mária Telkes commence simultanément sa carrière professionnel par un poste de professeur dans l’Université hongroise. Lire la suite

Rosalind Franklin, la grande oubliée du Prix Nobel de 1962

Rosalind Franklin (1920-1958) est l’exemple parfait du travail féminin non reconnu, pourtant son nom devrait trôner dans tous les livres de biologie, en particulier sur l’ADN. Cette femme est une biologiste moléculaire britannique. Elle a participé de manière active dans la découverte de la structure de l’ADN (acide désoxyribonucléique). En 1962, le prix Nobel est décerné à ses trois collègues, tous des hommes pour les travaux ayant conduit à la découverte de l’ADN. Lire la suite

Mileva Marić-Einstein, une femme dans l’ombre de son mari

Albert Einstein (1879-1955), scientifique mondialement connu et reconnu pour ses travaux sur la relativité générale, notamment en 1916. Mais dans l’ombre d’Einstein, sa femme de l’époque, scientifique, n’avait été jusqu’ici tout bonnement ignorée. Cet article propose de retracer la vie de Mileva Einstein et de s’intéresser à l’impact que cette physicienne a eu sur les travaux de son mari.

Photographie du couple Einstein – Мileva Maric-Einstein et Albert Einstein (site)

Lire la suite

Hypatie d’Alexandrie, entre légende et réalité

Hypatie d’Alexandrie, née entre 355 et 370 est une mathématicienne et philosophe, originaire de la ville d’Alexandrie en Égypte. Elle tient son éducation scientifique de son père, un éditeur et commentateur de textes mathématiques. Elle fait ses études de sciences et de philosophie à Athènes. Elle s’intéresse également à l’astronomie qui constituent, selon certaines sources, l’un des centres majeurs de ses recherches. Une fois rentrée à Alexandrie, elle devient commentatrice de textes mathématiques. Elle donne également des exposés publics qui lui apportent peu à peu une grande renommée. Lire la suite

Sofia Kovalevskaya, la première femme mathématicienne reconnue

Portrait de Sofia Kovalevskaya

Sofia Vasilyevna Kovalevskaya (en russe : Софья Васильевна Ковалевская) née le 15 janvier 1850 à Moscou et est décédée le 10 février 1891 à Stockholm, est une des plus grandes mathématiciennes.

Elle est à l’origine du théorème mathématique de Cauchy-Kovalevskaya, et a apporté de nombreuses avancées par ses travaux, comme la « toupie de Kovalevskaya ». Elle est la première femme à avoir obtenu un doctorat en mathématiques, et le poste de professeur dans une université.  Lire la suite

La machine à mâter de l’arsenal de Brest

Mon sujet de mémoire pour cette seconde année de master d’histoire des sciences et techniques, humanités numériques et médiation porte sur la machine, ou grue, à mâter de l’arsenal de Brest. Cette machine construite en 1681 au sein même de l’arsenal, fait partie du vaste ensemble de construction naval mise à place à Brest au cours du XVIIème siècle sur la volonté du pouvoir royale. Ce dernier veut en effet renforcer sa puissance navale militaire pour tenir tête aux puissances voisine, l’Angleterre en tête. Pour mener à bien la construction d’un navire de guerre il est essentiel de construire de nombreuses infrastructures où seront fabriqué tout le nécessaire. On trouve ainsi des corderies, une forge, des formes de radoub par exemple, et donc également une machine à mâter. Lire la suite

Discours et images de la Femme (1)

Introduction

Le fait que l’alguier d’Agathe de Gourcuff soit réalisé par une femme, qui plus est pendant la Monarchie de Juillet (1830-1848), nous permet de poser la réflexion concernant la place des femmes dans les sciences. En effet, durant cette période historique, des mouvements de femmes revendiquent une égalité sociale au même titre que les hommes, et un accès à l’éducation. La société de l’époque confine les femmes dans le cadre du foyer, conformément à l’ idée selon laquelle celles-ci seraient « naturellement » (et exclusivement) prédestinées aux fonctions maritales et à la maternité. Ces conceptions, validées comme « scientifiques » sont établies par des discours et des images qui éloignent les femmes des milieux politiques et savants, sous prétextes que de tels milieux peuvent altérer leur « nature » (qui de toute façon ne comprend pas les facultés intellectuelles propres aux hommes telles l’objectivité, la rigueur, et la justesse d’esprit).

D’où viennent ces conceptions ? Comment ont-elles été élaborées ? Et quelles sont leurs conséquences sur la considération des femmes (et sur la définition même des sciences?). Lire la suite